Accueil > Musique > 2006 > Film School : Film School

Film School : Film School

vendredi 25 août 2006, par Marc


Si la prestation live de Film school au Botanique de Bruxelles au mois de novembre dernier s’est quelque peu estompée dans mon souvenir, c’est moins par la faute de la prestation des Américains que de celle, estomaquante, de The National dont ils assuraient la première partie.

Le chant, la mélodie comme l’intonation du premier morceau On & on font naïf, un peu amateur, contrastant avec le son travaillé du mur de guitare. C’est cette réserve, ajoutée à une certaine uniformité, qui empêche de complètement se livrer à cet album. Mais comme il s’agit d’un premier, tous les espoirs sont encore promis.

La marque de fabrique de ces chansons est cette propension à s’animer à mi-parcours, par une accélération maintenue jusqu’au bout. Un mur de guitares se dresse alors fièrement. C’est une caractéristique récurrente, l’intérêt et l’intensité grandissent au long du morceau. Pas une musique pour impatients et autres nerveux donc. Pas pour mélancoliques chroniques non plus, l’écoute en boucle pouvant agir comme un calmant puissant. Ce procédé marche surtout sur 11:11. Les guitares se font plus acérées et le morceau décolle dès le début, accélère, se calme, est habité de plus de vie. La fin est elle aussi une réussite, plus nerveuse mais toujours maîtrisée. Un genre d’Engineers après une cure de magnésium. Seul Garrisson se présente comme un intermède de bidouillage de bande. Dans le plus pur style My Bloody Valentine de Loveless.

Ce mélange de mélancolie sur un mur de guitares a quelques précédents brillants : Le Wish de Cure et le Time for the rest of your life de Strangelove, ce qui nous ramène quand même respectivement quatorze et douze ans en arrière. Mais ça permet de trancher un peu sur la vague actuelle de revival, Editors (ressemblant surPitfails) et Interpol en tête. Le son en effet est moins daté ’vintage eighties’ et est plus typique des shoegazers à la Ride. Une musique de brouillard (cette critique est écrite lors d’un dimanche après-midi humide, solitaire et froid), d’où surgissent ça et là des taches de couleur. De la mélancolie soutenue par des nuages de guitare ? On l’a déjà fait mais Film school le refait très bien (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)