Accueil > Critiques > 2008

DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling

mardi 18 mars 2008, par marc

Toi aussi apprends la géographie avec DeVotchKa


Il semblait écrit que je devais découvrir DeVotchKa un de ces jours. La proximité de ce groupe avec beaucoup de mes références rendait la rencontre presque inévitable. Il a quand même fallu attendre cette actualité pour mettre du son sur le nom du groupe de Denver.

Joyeux et décomplexé, c’est comme cela qu’on voit le monde de Devotchka dès Basso Profundo. Si ce n’est pas à vraiment parler de la musique du monde, les emprunts débordent largement du cadre américain. Ils ont en effet convoqué les fanfares de l’est comme Beirut (Comrade Z), des accents mariachis comme Calexico, des accents hispanisants qui évoqueront les Négresses Vertes aux francophones (Head Honcho), voire la mélancolie vintage d’un Yann Tiersen (le court Strizzalo). Il est certain que ces deux derniers points de comparaison ne font pas partie de leurs références objectives.

Le chant, qui se situe entre le vibrato de Zach Condon et le maniérisme de Neil Hannon puisque Transliterator ou Along The Way n’auraient pas déparé le Promenade de Divine Comedy, nous fait comprendre en creux à quel point Win Butler dégage du charisme. C’est peut-être ce petit je-ne-sais-quoi qui manque à cet album. C’est en tous cas impeccable dans l’interprétation, même si l’instrumental Comrade Z est proprement incapable de m’enflammer. Mais peut-être que le but n’est pas là. On sent que tout est là pour qu’un Clockwise Witness décolle, mais à l’inverse d’un My Latest Novel,ils ne sont pas là pour allumer les derniers étages de la fusée.

Il y a évidemment des chansons qui fonctionnent mieux que bien. Je suis spécialement sensible à leur élégance classieuse au violon (Undone) mais ma préférence va sans l’ombre d’une hésitation à New World et sa langueur, ses violons finaux, sa mélodie qui me sont chaque fois restés dans l’oreille longtemps après avoir refermé l’album. Pourquoi la placer tout en fin comme beaucoup (Wilco, Girls In Hawai). Le mélange entre un discret clavier plus moderne et des instruments plus traditionnels peut également, le temps de Transliterator, montrer qu’il y a du talent derrière tout ça.

La grande qualité de Devotchka est aussi sa lacune. Sa facilité d’écoute, sa distinction naturelle manque d’un peu d’épice. Il n’en reste pas moins qu’il serait idiot de snober un album agréable de bout en bout. Mais la catégorie regorge de tellement de bonnes choses que leur légèreté pourra en pâtir. Espérons que ce ne sera pas le cas.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 18 mars 2008 21:41, par Damien R

    Et si la puissance de DeVotchKa se révélait avant tout en live ? Il n’était que 14h45 quand ils ont mis le feu à la pelouse de Rock-en-Scène, en août 2007..

    repondre message

    • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 18 mars 2008 22:28, par Marc

      C’est vrai que ce doit être la scène le vrai terrain de prédilection d’une musique pareille. Je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de le vérifier.

      repondre message

      • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 19 mars 2008 20:00, par Simbad

        Ben, cela fait plaisir que tu parles d’eux, j’aimais déjà le précédent dont certains morceaux donnent une connotation aérienne à un film comme Little Miss Sunshine et je dois dire que celui-ci avec la même recette en un peu différent me satisfait bien !!! a+

        repondre message

        • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 14 avril 2008 23:17, par Paulo

          je viens de voir Little Miss Sunshine, j’ai capté le nom du groupe au générique de fin... et pendant le film, ca m’a bien fait penser à Yann Tiersen. c’est sur, c’est le genre de film et de musique à mettre de bonne humeur... et ca donne envie d’écouter ce groupe.

          repondre message

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)