Accueil > Musique > 2008 > Kawaii - Stylochord

Kawaii - Stylochord

mardi 13 janvier 2009, par Marc

Ceci n’est pas un jouet


Il faut parfois compter sur les hasards de la vie pour faire des découvertes. Et il a fallu la conjonction d’une soirée délirante dans un endroit inattendu, d’un raccourcissement d’un set de Seb, d’une reprise devinée en ouverture d’un concert intéressant et d’une conversation bien sympathique pour que cet album de Kawaii arrive jusqu’à nous, et, par ricochet, à vous. Mais tout ce cheminement un peu tortueux n’aura pas été vain comme vous allez vous en rendre compte. Et vous n’avez pas fini d’entendre parler du label français MonsterK7 (Orouni, Watine…) en ces colonnes.

On a souligné l’an passé la masse de duos mixtes qui foisonnent (The Knife, The Do, The Kills, Soldout, The Ting Tings, High Places…). C’est encore le cas ici puisque ce sont elle (La Loutre) et lui (Big Bisous) qui vont vous tenir par la main. Car si vous ne risquez aucunement de vous perdre, les définitions me manquent à l’heure d’imaginer quel style s’en rapproche le plus. Globalement instrumentale, rehaussée de rythmes synthétiques, la musique du duo français pourrait se rapprocher de Rien (le groupe, pas le néant hein), voire d’un Ez3kiel détendu. A ce propos, il est étonnant de voir que ces groupes instrumentaux (ceux cités avec M83 par exemple, voire même Air) portent haut les couleurs de l’hexagone alors que son rock proprement dit est difficile à exporter.

Avant toute chose, il faut préciser que cet album est un peu un EP gonflé, ou un album–labyrinthe de par ses structures qui se répètent, se dédoublent et se répondent. En effet, les cinq derniers morceaux sont des versions légèrement différentes et chantées des cinq premiers. Evidemment, cette façon de procéder prend plus de sens quand ce sont les deux faces du superbe vinyle orange que sur le cd qui est offert (oui, on a les deux pour le même prix).

La conjonction de structures élaborées et d’instruments un peu plus inattendus relevant plus du jouet (vibraphone, mélodica, mini piano) fonctionne. Visuellement sur scène tout d’abord, où le bric-à-brac intrigue et intéresse, sur album ensuite puisque cette démarche (Kawai est une vieille marque de synthé me souffle une bonne âme) est à la base de la démarche de certaines compilations du label MonsterK7 de musiques consacrées au circuit bending (circuitage en français), soit la création de sons modifiés à partir de la modification des circuits électroniques de jouets et autres objets. Tout un programme, un manifeste presque. Un bon côté est que ça désamorce l’aspect toujours trop sérieux et compassé de musiques instrumentales comme le post-rock sans pour autant sacrifier l’intensité. L’autre est qu’il y a d’authentiques morceaux derrière, avec des progressions d’accords de guitare électrique sans doute classiques mais diablement efficaces. Ce n’est donc pas de la chanson ‘pour rire’, juste un décalage dans le ton, surtout perceptible en live.

Les paroles sont souvent des emprunts à des dialogues. Mais on a peu l’impression d’écouter une musique de film. Par exemple Caquaka explique l’origine du nom du KKK. Fête. Et ce sont des comptes qui se voient remontés sur Il Etait Une Fois pour plus d’absurde et de cruauté. Les incrustations de dialogues sont assez judicieuses, mais les morceaux s’en seraient sans doute passés sans dommage, quitte à être raccourcis.

Pour les versions chantées (la face B si vous préférez), on retrouve notamment une connaissance, à savoir Orouni. Son timbre et son anglais restent assez particuliers mais il se fond très bien dans l’univers sonore du duo sur Jam Fever. Mais on a aussi l’impression que la voix a été plaquée sur un morceau qui lui préexistait. Ce qui est le cas d’ailleurs. Il faut toujours se fier à son intuition. Par contre, sur Stuck In A Hurricane (rehaussée d’un membre d’Uncle Jelly Fish), la voix apporte plus au morceau, grâce à sa mélodie qui l’enrichit vraiment. Et Caquaka B-side m’a fait penser à Under Byen.

Dans les moyens, Kawaii mélange boite à rythme, guitare électrique, bidouillages sur instruments divers et variés et emprunts à des dialogues ou des amis chanteurs. Côté résultat, cette musique festive et chaotique de prime abord ménage de vrais moments d’intensité, parce qu’ils ont compris que leur folle créativité devait être mise au service de l’auditeur à travers de vrais morceaux consistants et saignants. Pour moi, et je vous encourage à en faire autant, c’est une plongée sans filet dans une musique d’une liberté réjouissante.

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Ca s’achète en ligne et franchement, rien que le vinyle orange vaut largement l’investissement. Et comme il est livré avec le cd, vous avez une nouvelle ligne sur votre liste de courses : http://www.myspace.com/monsterk7

Répondre à cet article

2 Messages

  • Kawaii - Stylochord 19 janvier 2009 11:06, par N°1

    Mon exemplaire est en route...
    J’étais conquis depuis hier et voilà que tu te retrouves à nouveau sur mon chemin...
    C’est un signe.
    Bonjour chez vous.

    Voir en ligne : http://www.deserteur.be

    repondre message

    • Kawaii - Stylochord 19 janvier 2009 19:31, par Marc

      C’est le hasard qui me les a fait découvrir. C’est une bonne surprise en tous cas. Et tu apprécieras l’objet sans aucun doute.

      repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)