Accueil > Musique > 2009 > Apse - Climbing Up

Apse - Climbing Up

samedi 5 décembre 2009, par Marc

Metamorphose


Ce qu’on avait retenu d’Apse, c’était un album un peu inégal (Spirit) mais offrant de très bons moments de transe et deux concerts dont un (au Pukkelpop) était bien saignant. On les retrouve maintenant hors de leurs travées post-rock. Il parait d’ailleurs que ce n’est pas le premier revirement pour cette formation. Et, finalement, le segment est tellement bouché qu’on est content d’entendre autre chose que ce qu’on avait prévu, avec des réussites dans un genre qu’on n’attendait pas d’eux. Ou, plus précisément, dans un genre qu’on ne leur connaissait pas.

L’avis qu’on avait sur le chant, c’est « mais pourquoi il fait ca ? ». Parce que la voix noyée d’effets ne semblait pas indispensable à l’ambiance de l’album. ou des concerts. Mais elle tient une place prépondérante ici. Alors que dans les musiques principalement instrumentales la voix est juste un instrument comme un autre (avec de bons résultats comme Do Make Say Think), un changement de visée comme ici impose de totalement repenser la composition des morceaux. Ils l’ont bien compris

Ce qui donne ce curieux mélange d’accords mineurs et de batterie déliée (The Age, le très bon 3.1.). On pense parfois a ce que ferait Archive s’ils n’essayaient pas désespérément d’être le Pink Floyd de 1976 (All Mine). Ils partagent en tous cas l’amour du slow qui tue, plus pompier et moins convaincant (Climbing Up) ou plus brouillardeux et plus réussi (Lie). La densification renvoie à ces relatifs vétérans plus qu’à leurs propres origines post-rock en tous cas. Rayon antécédents, on trouvera un son d’orgue très summer of love (Tropica). D’ailleurs, cet album transpire le psychédélisme (c’est le son d’A Saucerful Of Secrets). Plusieurs psychédélismes d’ailleurs. L’originel donc mais aussi son retour à la charnière des années ’80 et ’90, portes par une vague venue de Manchester, qui n’avait pas peur du groove (Stone Roses, Charlatans…). C’est ce qu’on retrouve sur 3.1. Et puis il y a ça et là des traces de Can.

Tout ceci est également moins sombre, plus positif, et leur science de la transe s’est diluée dans un son plus dense mais plus dépourvu des poussées de fièvre qui apportaient du relief a leurs précédents exploits. On leur trouve plus d’allant sur The Return avec des violons assez bien placés ou plus linéaires sur Rook (rien à voir avec le chef d’œuvre de Shearwater). Ce groupe a toujours su faire monter des ambiances, tribales ou planantes selon leur humeur, et on retrouve cette patte ici sur un Lie qui lorgne peut-être du côté de Radiohead. Ses plongées de guitares acides sont fort bien en tous cas.

C’est leur son qui fait la différence. Parce qu’ils ne viennent pas d’un rock rigide mais d’un véritable labo de textures et de poussées de transe (écoutez Spirit). Et on peut dire au final que leur évolution est réussie. Parce qu’en délaissant un créneau post-rock presqu’uniformément instrumental, ils ont su faire évoluer les structures des morceaux vers un songwriting plus ‘rock’ tout en gardant leur son.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)