Accueil > Musique > 2010 > Piano Club - Andromedia

Piano Club - Andromedia

jeudi 6 mai 2010, par Marc

Synthé club


Ca bouge ces derniers temps à Liège. On vous a parlé récemment de Dan San et de My Little Cheap Dictaphone et c’est au tour de leurs potes de Piano Club de faire l’objet d’une analyse. Le label Jaune Orange donne donc des signes de belle santé et nous serons les derniers à le déplorer.

Hollywood Porn Stars, groupe qui a été fondé par des potes qui faisaient partie d’autres groupes pour gagner un concours, est devenu subitement un peu connu. Les deux leaders qu’ils comptaient en leurs rangs (comme un Wolf Parade mosan si vous voulez) sont cependant repartis vers leurs projets respectifs avec le succès que l’on sait pour Redboy chez My Little Cheap Dictaphone et ce premier album de Piano Club pour Sinatra.

Même si les velléités sont bien plus pop ici, des comparaisons ne vont pas être facilement évitables. Parce que le point commun entre les deux projets est le culot. On le sait, le dance-rock est une espèce en voie de disparition. Sans doute que les groupes se sont rendus compte qu’il ne suffisait pas de mettre du beat pour transformer un morceau moyen en tuerie. Les réussites étant en effet plutôt l’exception dans ce genre relativement répandu. Piano Club a visiblement bien assimilé cette leçon, même si ce qui étonne au début, c’est que le tempo n’est pas élevé.

Dans le genre où je n’ai pas des kilopelles de références, il y a eu Ghostland Observatory, avec le même aspect grandiloquent, voire spectaculaire (Not Too Old) qui n’omet même pas (époque oblige) une allusion aux années ‘80 (The Great Enigma). Sinon, on entendra ce qu’on pourra appeler du space-dance-rock (Love Hurts) enrichi de synthés dont la certaine mélancolie fait du bien à de vraies mélodies poppy du plus joli effet (Honeymoon). D’une manière générale, on ne vire jamais dans la franche euphorie, ce qui pourrait donner bien des idées à quelques remixeurs jouasses. Les cloches de Not Too Old sont peut-être un appel à James Murphy (on reparlera de la bofitude du dernier LCD Soundsystem), allez savoir. Quitte à rester dans la citation de noms plus ou moins illustres, j’ai trouvé une franche ressemblance entre Human Kind et le style des déjantésLegendary Pink Dots.

Cet album est augmenté d’un EP de six titres. Ce ne sont pas des épluchures, loin s’en faut puisqu’un Elephant profite d’un riff de clavier un poil plus agressif qui est bien utilisé. On dirait qu’ils s’y relâchent un brin et l’effet est plutôt bon. C’est ce que je préfère en tous cas.

Dire que cet album m’a maintenu au bord des larmes serait sans doute exagéré mais dans les limites de ce style electro-pop vitaminé mais placide, cet album montre un savoir-faire qui leur promet des lendemains qui bougent. Cet album bien fini, sans matière grasse ajoutée est une bonne surprise.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Piano Club - Andromedia 7 mai 2010 12:16, par Benjamin F

    Je ne raffole pas de cette scène et encore moins de Hollywood Porn Stars mais bon comme j’ai été agréablement surpris par My Little Cheap Dictaphone, je vais écouter ça :)

    repondre message

    • Piano Club - Andromedia 7 mai 2010 15:53, par Marc

      C’est moins uniformément bon que le My Little Cheap Dictaphone mais j’ai préféré ça aux Hollywood actrices connues dans des films pour adultes.

      repondre message

  • Piano Club - Andromedia 13 octobre 2010 14:57

    Je les ai vus sur scène à genval et ça donne vraiment pas mal !!!

    repondre message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)