Accueil > Musique > 2011 > The Go ! Team - Rolling Blackouts

The Go ! Team - Rolling Blackouts

lundi 10 janvier 2011, par Laurent

Tonique


On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous maintenir éveillés jusqu’au bout de la nuit. Or tout le monde devrait savoir que rien ne sert de s’abreuver à telle fontaine quand on a un disque de Go ! Team à portée de main : en deux albums, le sextuor de Brighton a plus fait pour nos coups de pompe que la production nationale annuelle de caféine. Pas pour rien que le dernier en date s’intitulait “Proof of Youth”.

Les retrouver trois ans après ce charmant coup d’éclat, c’est d’abord se rendre compte que tout le monde n’a pas fait du sur-place entre-temps et que si eux ont continué de jouer au water-polo dans le Styx, on a de notre côté pris quelques rides. Aussi, tandis que ces Peter Pan de la pop garage perpétuaient leur tradition de la déconne organisée, la distance qui nous séparait d’eux semblait se transformer peu à peu en fossé générationnel. Pourtant, “Rolling Blackouts” n’est heureusement pas que la suite logique de ses prédécesseurs : le chemin parcouru est audible, mais curieusement il témoigne autant d’une maturation musicale que d’une aggravation des pulsions juvéniles du groupe.

Quid de ce curieux paradoxe ? D’une part, il y a la fluidité du son : d’une bande de turbulents gamins lo-fi, Go ! Team est passé au statut de brise-lames rythmique capable de contenir sa tempête d’idées musicales dans un ensemble pratiquement digeste, comme un bon élève qui sait agiter la cour de récré mais peut aussi, en classe, retenir fidèlement les leçons du funk vintage (Apollo Throwdown, The Running Range). D’autre part, les chansons du groupe – car ces plages ressemblent de plus en plus à des chansons – gagnent en densité à mesure qu’elles se rapprochent d’un certain idéal pop adolescent, fût-il celui des emo kids acnéiques (Rolling Blackouts) ou, préférablement, celui des girl groups sixties décidément en odeur de sainteté ces derniers temps (Secretary Song, Ready to Go Steady). Forcément, le véritable nouveau son du sextette se situe quelque part entre les deux (Buy Nothing Day).

The Go ! Team n’a pas perdu pour autant ses vieilles habitudes : un morceau sur trois est instrumental et, si le gang y développe davantage de savoir-faire que de créativité, ce sont eux qui donnent à l’album sa relative variété. Avec sa fanfare à laquelle ne manquent que des majorettes, Bust-Out Brigade sonne en fait comme le générique d’une série policière vieux jeu, du genre à épouser parfaitement le légendaire froncement de sourcils de Magnum ; on imaginerait plutôt l’harmonica de Yosemite Theme dans une incartade redneck à la ‘Shériff Fais-Moi Peur’ et Super Triangle dans un spot publicitaire incunable ; quant à Lazy Poltergeist, c’est une épure anecdotique mais qui a le mérité de calmer définitivement le jeu. Bref, il y a là clairement du grain à moudre pour Quentin Tarantino et ses B.O. barrées.

Malgré l’introduction tapageuse de T.O.R.N.A.D.O., sorte de variation funky sur la marche impériale de ‘Star Wars’ [1], on comprend assez vite que le troisième album de Go ! Team est au final l’expression d’un combo vaguement assagi. Tandis que l’an dernier, Los Campesinos proposaient le même type de revirement sans se montrer capables de compacter l’éruption, que  !!! réussissait son exercice de synthèse avec un grain de folie en moins, ou que les nouveaux venus de Sleigh Bells déchaînaient leurs ardeurs dans un torrent de bouillie, la rafraîchissante (in)fusion hip-hop et twee-pop de Go ! Team constitue une alternative tonique à défaut de nous donner réellement envie de sombrer dans l’addiction. Reste à applaudir le groupe sur scène où, fort de ses deux batteries et de sa pétillante frontwoman, il ne manquera pas de doper ceux qui (re)viendront le boire.

Article Ecrit par Laurent

Notes

[1Par ailleurs, le morceau utilise un sample similaire au Sheep de Gonjasufi ; celui ou celle qui me dira d’où sort ce son cuivré obsédant gagne une compile.

Répondre à cet article

4 Messages

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams

    Critique dialectique (le retour)
    Ce texte fait suite (et probablement fin) à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an. – Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.
    – Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.
    – Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.
    – Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les (...)

  • Baby Fire - No Fear

    Au Feu !
    Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.
    De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo (...)

  • The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

    Mission from God
    Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the (...)

  • Darwin Deez - Darwin Deez

    Sans arguments
    Méfiez-vous de ce type. Ils ne sont pas si nombreux, les gens qui arrivent à trouver ainsi l’alchimie, la formule magique. Je ressasse à longueur d’articles cette rengaine : quand on a peu de moyens, il faut avoir des idées. C’est valable dans toutes les formes d’art, et à plus forte raison les arts mineurs. Dans les annales pop et rock, il n’y a plus assez de papier recyclé pour recenser les copycats, parodistes d’autrui ou d’eux-mêmes, qui se sont faits maîtres de la poudre aux yeux, (...)

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)

  • Morcheeba - Blood Like Lemonade

    Guerre propre
    Ce qu’il y a d’embêtant avec le dernier Morcheeba, c’est que c’est le genre de disque dont on rédige la critique avant même de l’avoir écouté. Qu’il est difficile de passer outre les a priori autour d’un groupe qu’on a d’abord beaucoup aimé et par qui on s’est ensuite senti trahi. Déjà, à l’époque de “Charango”, les signes d’essoufflement étaient patents mais en même temps, la volonté d’évoluer – fût-ce vers la désincarnation – n’aurait pu être blâmée. Puis le départ de Skye Edwards, voix de (...)