Accueil > Critiques > 2011

Lia Ices - Grown Unknown

vendredi 28 janvier 2011, par marc


Une jeune femme a la personnalité musicale prometteuse, ça vous tente ? Avant d’attendre une hypothétique réponse, je vous propose de (re ?)faire connaissance avec Lia Ices. Dont finalement on sait peu et sur qui il est difficile de trouver des informations autres que ceci est son second album qui entre dans la large catégorie « contient des morceaux de Justin Vernon ». Une présence du leader de Bon Iver sur un morceau lui assurera-t-elle une publicité ? C’est ce qu’on lui souhaite en tous cas.

Il n’est d’ailleurs pas inopportun de commencer par ce Daphne, qui montre plusieurs des facettes mises en lumière sur cet album. Une écriture simple et dépouillée, dans la plus pure tradition de la combinaison picking /voix. Mais on sent naitre des couches de cordes qui grandissent, qui épaississent, et finissent par envelopper ce morceau très réussi pour l’emmener brusquement ailleurs, sur le territoire de cette forte personnalité de Saint-Vincent. C’est sur cet extrait que la fusion est la plus flagrante, qu’on remarque le mieux le pont qu’elle essaie de jeter entre une simplicité altière et des ambitions tout en violons, lesquelles pourraient être une version forcément simplifiée de ce qu’en ferait Owen Pallett (Ice Wine).

Pour le reste, elle choisit souvent une des deux options, et la nudité de Lilac suffit à notre bonheur avec son air de Sybille Baier de l’ère digitale. Etrangement, sa voix pourtant reconnaissable peut évoquer plusieurs chanteuses chères à nos cœurs. L’Allemande déjà citée, mais aussi des accents de Frida Hyvönen (Little Marriage) sans l’humour noir qui me fait chavirer. Le petit trémolo souvent utilisé pourra aussi plaire aux amateurs de l’indispensable Marrissa Nadler. Vous aurez compris qu’il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver mes repères.

Dire que je n’ai pas été tout le temps ému n’implique évidemment pas que vous n’allez pas succomber. Les sons sont assez froids, de façon volontaire puisque c’est à coup d’écho (sur la voix et la rare batterie) et de violons potentiellement synthétiques. Et puis certaines mélodies surnagent de façon bien plus évidente que d’autres. Love Is Won par exemple, ou les Daphné et Lilac déjà mentionnés. Il reste cependant des moments où le style hiératique ne peut pas reposer sur l’intensité qu’il mériterait (Bag Of Wind, Grown Unknown)

C’est dans l’immense territoire qui sépare le folk aérien de cette dernière et un minimalisme d’arrangements plus moderne qu’on pourra trouver Lia Ices. Etrange objet que cet album, qui semble oser et réussir la fusion tout en semblant très familier. Comme ces objets design un peu froids mais qui se fondent naturellement dans notre intérieur.

http://www.myspace.com/liaices
http://www.liaices.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)