Accueil > Musique > 2011 > The Narcoleptic Dancers - Never Sleep

The Narcoleptic Dancers - Never Sleep

lundi 12 septembre 2011, par Marc


Avant que Laurent n’ait la brillante idée de consigner dans des textes brefs des considérations sur des albums qui ne poussent pas à l’épanchement, nombreux étaient les articles qui se voyaient refusés par manque d’ampleur. Le plaisant petit EP des Narcoleptic Dancers était dans ce cas. Comme on retrouve l’intégralité des cinq titres parmi les neuf présents ici, l’occasion est belle de présenter ce duo.

Et la présentation elle-même n’est pas inintéressante puisque la genèse du groupe est originale. Enfants d’un père commun (footballeur professionnel hollandais) mais élevés par deux mères différentes, ils se sont rencontrés sur le tard et ont décidé de former un duo. Ce sympathique groupe de demi-frère et sœur veut en tout cas garder sa fraicheur, ce qu’on ressent tout au long de ce court album. La douceur, c’est donc leur truc, mais je ne peux m’empêcher que des artistes avec plus de mystère ou plus aventureux (Lisa Germano, St Vincent) tireraient un meilleur parti de Little Clown .

On préfèrera donc qu’ils jouent avec leurs qualités, évoquant au passage Au Revoir Simone (Rastakraut). Cet album aura plus de chances de vous plaire si vous préférez le délicat trio de Brooklyn, à, disons, l’intégrale de Cannibal Corpse (ces préférences étant compatibles). Les morceaux s’appellent par exemple Sweet and Soft, pas Search and Destroy. Pour le reste, c’est moins rêveur, plus directement pop. Mais dans la délicatesse, l’ouate et la douceur, ils ont une carte à jouer. Il faut des mélodies évidemment, ce genre s’accommoderait mal de son absence. Et on en a sur Unique Tree ou Not Evident dont la simplicité ne peut que plaire

Trop de gentillesse peut lasser, par exemple avec une dose inconsidérée de Cocoon peut nuire à votre attention, mais à bon escient, comme l’exemple auvergnat, ça n’est jamais niais, et plus varié, passant du très diaphane Again and Again au plus synthétique Dusty Cowboy qui un petit air de B52’s en couleurs pastel). Il faut attendre le court bonus In The Dark pour qu’une grosse basse disco vienne réveiller le tout de façon pas très subtile.

Le charme et la douceur, ça ne se refuse jamais. Pour une petite dose tempérée, The Narcoleptic Dances peut vous apporter un délassement dans cette vie de brutes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)