Accueil > Musique > 2011 > Mister Heavenly - Out Of Love

Mister Heavenly - Out Of Love

mercredi 24 août 2011, par Marc

Tous ensemble, ouais !


L’union fait la force n’est pas seulement la devise d’un pays qui tend à l’oublier, c’est peut-être aussi ce que ce sont dit trois joyeux drilles au moment de former Mister Heavenly. On retrouve dans ce groupe Nick Thorburn (chanteur guitariste) d’Islands, Honus Honus de Man Man et le batteur de Modest Mouse Joe Plummer,, donc trois membres de formations dont on a déjà pu dire du bien. Avec en sus l’impayable Michael Cera pour certains concerts.

Mister Heavenly semble s’être mis en tête de créer un genre nouveau, forme mutante de doo-wop (un goût commun à ce qu’il paraît) qu’ils ont baptisé pour l’occasion doom-wop. Et de fait, on trouve un piano sautillant (charmant Charlyne et sa guitare limpide) et Your Girl est baigné de cette ambiance nostalgique. Mais rien à faire, leur amour du branque organisé reprend le dessus quoiqu’il arrive. C’est patent sur la plage titulaire qui n’aurait jamais eu ce son dans les années ’50.

A partir du casting, il est presqu’inévitable de vouloir retrouver des traces des groupes qu’on a bien aimés, comme le côté lourd et bricolé à la fois des faux branleurs de Modest Mouse, l’amour des remontées et le chant personnel d’Islands (qui m’a carrément fait penser à Bowie sur Diddy Eyes, ce qui ne m’avait jamais frappé auparavant) et le bastringue de Man Man (flagrant sur I Am A Hologram). Et puis le point commun entre ces trois formations, c’est cette maitrise de la folie, du dérapage toujours contrôlé. On retrouve cette impression de talent rigolard et pas dupe. Il y a donc des traces de toutes les origines, et le mélange, s’il n’est pas à proprement parler détonnant, est à tout le moins plaisant (moins quand ils se lancent dans du reggae évidemment).

Dire que cette association de bienfaiteurs est une des réussites de l’année serait un peu distordre la réalité. Ceci dit, il est difficile de nier qu’on rentre dans cet album comme chez soi, comme quand on découvre sur facebook que des gens qu’on connait d’horizons différents sont connectés. La pertinence de l’exercice tient aussi de la cohérence des styles et leur mélange à l’euphorie communicative fera plaisir à ceux qui apprécient un de ces groupes (ou les trois, c’est ce que je vous souhaite).

http://www.misterheavenly.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)