Accueil > Critiques > 2011

Mister Heavenly - Out Of Love

mercredi 24 août 2011, par marc

Tous ensemble, ouais !


L’union fait la force n’est pas seulement la devise d’un pays qui tend à l’oublier, c’est peut-être aussi ce que ce sont dit trois joyeux drilles au moment de former Mister Heavenly. On retrouve dans ce groupe Nick Thorburn (chanteur guitariste) d’Islands, Honus Honus de Man Man et le batteur de Modest Mouse Joe Plummer,, donc trois membres de formations dont on a déjà pu dire du bien. Avec en sus l’impayable Michael Cera pour certains concerts.

Mister Heavenly semble s’être mis en tête de créer un genre nouveau, forme mutante de doo-wop (un goût commun à ce qu’il paraît) qu’ils ont baptisé pour l’occasion doom-wop. Et de fait, on trouve un piano sautillant (charmant Charlyne et sa guitare limpide) et Your Girl est baigné de cette ambiance nostalgique. Mais rien à faire, leur amour du branque organisé reprend le dessus quoiqu’il arrive. C’est patent sur la plage titulaire qui n’aurait jamais eu ce son dans les années ’50.

A partir du casting, il est presqu’inévitable de vouloir retrouver des traces des groupes qu’on a bien aimés, comme le côté lourd et bricolé à la fois des faux branleurs de Modest Mouse, l’amour des remontées et le chant personnel d’Islands (qui m’a carrément fait penser à Bowie sur Diddy Eyes, ce qui ne m’avait jamais frappé auparavant) et le bastringue de Man Man (flagrant sur I Am A Hologram). Et puis le point commun entre ces trois formations, c’est cette maitrise de la folie, du dérapage toujours contrôlé. On retrouve cette impression de talent rigolard et pas dupe. Il y a donc des traces de toutes les origines, et le mélange, s’il n’est pas à proprement parler détonnant, est à tout le moins plaisant (moins quand ils se lancent dans du reggae évidemment).

Dire que cette association de bienfaiteurs est une des réussites de l’année serait un peu distordre la réalité. Ceci dit, il est difficile de nier qu’on rentre dans cet album comme chez soi, comme quand on découvre sur facebook que des gens qu’on connait d’horizons différents sont connectés. La pertinence de l’exercice tient aussi de la cohérence des styles et leur mélange à l’euphorie communicative fera plaisir à ceux qui apprécient un de ces groupes (ou les trois, c’est ce que je vous souhaite).

http://www.misterheavenly.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Shamir - Homo Anxietatem

    Un petit coup d’oeil à son Bandcamp ne laisse pas beaucoup de doute sur ses préoccupations. Le neuvième album de l’artiste de Philadelphie est concerné par la question du genre. Mais ce n’est pas ce qui frappe d’emblée à l’écoute de cet Homo Anxietatem, c’est plutôt la voix. Haut-perchée, elle est une des caractéristiques les plus remarquables de cet artiste.
    Elle peut être une limitation aussi, jouant (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Swans – The Beggar

    Maintenant je me sens optimiste. Ma couleur préférée est le rose. J’espère que vous allez apprécier cet album.
    Ce n’est pas le genre de citation qu’on attend de la part de Michael Gira pour présenter ce The Beggar. Certes, on n’attendait pas un aphorisme désespéré, mais quand on connait Swans et leur aura de danger, il y a de quoi être un peu intrigué. Mais rassurez-vous, même si les changements de (...)

  • DM Stith – Fata Morgana

    Difficile de revenir après plusieurs années d’absence, surtout si on était associé à un courant qui s’est un peu éteint. C’est en effet dans la vague freak-folk, mêlant écriture et musique aérienne et organique à la fois qu’on avait placé DM Stith. Avec son pote Sufjan Stevens ou autres Grizzly Bear, il était même un des plus éminents représentants de ce style qui nous a valu bien du plaisir.
    Toujours aussi (...)