Accueil > Critiques > 2012

Ewert and The Two Dragons - Good Man Down

mercredi 14 mars 2012, par marc

En dedans


Bien honnêtement, la musique des Pays Baltes, ce n’est pas ce qu’on connait le mieux, et on pense assez vite à l’immonde concours Eurovision quand on pense à certain pays moins habituels. Après la Lituanie qui nous avait fait fondre avec Alina Orlova et Mmpsuf, c’est d’Estonie que nous viennent Ewert and The Two Dragons. Un peu de renseignements glanés sur la toile nous apprend qu’ils ont eu tous les prix envisageables dans leur pays d’origine, et sont prêts à partir à l’assaut du reste de l’Europe. Sera-t-elle réceptive ? Tentative de collection d’éléments.

Ca fonctionnera d’autant mieux si le reste de l’Europe apprécie les sympathique mid-tempos (Jolene, non, pas celle de Dolly Parton ou Jack White). Mais un départ doux et minimal peut de l’épaisseur. C’est ce qui arrive sur Panda où ils semblent prendre avec beaucoup de sérieux ce Here comes the panda/The dying breed. La première impression c’est que si les mélodies sont bien là, c’est un peu léger pour vraiment rester en mémoire, comme une version light de groupes comme Broken Records, ou encore Elliott Smith (Falling, Sailor Man).

Le ton souvent très acoustique est un avantage parce que la fraicheur est préservée, mais aussi un inconvénient parce qu’on aimerait que les morceaux soient poussés plus loin dans leurs retranchements. Ça manque donc une de souffle pour ceux qui comme moi aiment ça. Ce qui plait chez The National ou Midlake (pour ne reprendre que des réussites flagrantes), c’est qu’ils exploitent leur potentiel au mieux, qu’ils tirent le meilleur de leur talent (très affirmé dans ces exemples). Mais eux aussi ne se sont pas fait en un album. Si je me permets d’insister lourdement, c’est parce par deux fois, ils poussent le bouchon un peu plus loin et c’est tout de suite plus enthousiasmant. Quand le piano appuie le propos de Road To The Hill par exemple. Ou alors sur le final You Had Me at Hello plus atmosphérique, un peu comme une version gentille de Get Well Soon. Un peu d’emphase leur va donc bien au teint.

Il n’y a pas que des critères objectifs pour garder un album avec soi, chaque détail a son importance. Alors pourquoi ne pas risquer l’exotisme d’un groupe estonien au nom régressif ? Pour ma part, j’en retiendrai que s’ils sortent plus de leur coquille l’avenir sera intéressant.

http://www.ewertandthetwodragons.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)