Accueil > Musique > 2013 > Joan and The Sailors - Home Storm

Joan and The Sailors - Home Storm

lundi 1er avril 2013, par Marc

Il faut approfondir


Les albums ne sont pas toujours ce qu’ils semblent au premier abord. Et il faut toujours résister à la tentation de classer un groupe lors d’une première écoute. A première vue donc, il semble facile de penser que Joan and The Sailors va nous emmener dans les environs de Warpaint. Il y a une voix distincte pour ça, plus quelques entrelacs de guitare aux sons froids. Pourtant, petit à petit la singularité se réveille, quand la sauce prend lentement sur Light Over Innsmouth.

De plus, si la voix de la chanteuse peut sembler le point central, on découvre vite que l’intérêt se trouve ailleurs. Le chant est plus souvent suggéré, et s’approche plus de la déclamation que de la mélodie telle qu’on la conçoit dans la chanson. On pensera notamment à Anne Clark, voire Dominique Van Capellen (Keiki, Baby Fire) pour les plus pointus (ou les plus jeunes). On le voit, ce n’est pas toujours aussi pop que chez les Californiennes de Warpaint, et des passages plus intenses comme Puzzle Of Bees y prennent un relief particulier.

Finalement, ces passages instrumentaux, comme celui de Blue Moon, sont ce qui épaississent cet album, le rendent moins anecdotique et le plus intense. Si la voix occupe souvent les avant-postes, elle n’est pas suffisamment singulière pour se suffire à elle-même. On apprécie aussi les entrelacs du plus musclé Home Storm placé en fin d’album. Power That Bee a lui aussi comme attraction principale un chorus plein de guitare.

Joan change aussi parfois de de langue. L’intention est louable, parce que la musicalité d’une langue n’est pas l’autre. En Guantes Blancos s’en sort pas mal en Espagnol en tous cas. Et puis si les paroles de La Réalité ne sont pas indignes, il semble envisageable que la chanteuse ne les comprenne pas trop. Et les constructions sont étranges. Un peu comme du Vive la Fête au premier degré donc. Mais l’intensité est tout autre, parce que l’arpège de guitare s’accorde bien avec une généreuse couche de violon. On le voit, le mélange de Joan and The Sailors est plus complexe qu’on avait pensé de prime abord. On a souvent raison d’approfondir un album.

http://joanandthesailors.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)