Accueil > Musique > 2013 > Joan and The Sailors - Home Storm

Joan and The Sailors - Home Storm

lundi 1er avril 2013, par Marc

Il faut approfondir


Les albums ne sont pas toujours ce qu’ils semblent au premier abord. Et il faut toujours résister à la tentation de classer un groupe lors d’une première écoute. A première vue donc, il semble facile de penser que Joan and The Sailors va nous emmener dans les environs de Warpaint. Il y a une voix distincte pour ça, plus quelques entrelacs de guitare aux sons froids. Pourtant, petit à petit la singularité se réveille, quand la sauce prend lentement sur Light Over Innsmouth.

De plus, si la voix de la chanteuse peut sembler le point central, on découvre vite que l’intérêt se trouve ailleurs. Le chant est plus souvent suggéré, et s’approche plus de la déclamation que de la mélodie telle qu’on la conçoit dans la chanson. On pensera notamment à Anne Clark, voire Dominique Van Capellen (Keiki, Baby Fire) pour les plus pointus (ou les plus jeunes). On le voit, ce n’est pas toujours aussi pop que chez les Californiennes de Warpaint, et des passages plus intenses comme Puzzle Of Bees y prennent un relief particulier.

Finalement, ces passages instrumentaux, comme celui de Blue Moon, sont ce qui épaississent cet album, le rendent moins anecdotique et le plus intense. Si la voix occupe souvent les avant-postes, elle n’est pas suffisamment singulière pour se suffire à elle-même. On apprécie aussi les entrelacs du plus musclé Home Storm placé en fin d’album. Power That Bee a lui aussi comme attraction principale un chorus plein de guitare.

Joan change aussi parfois de de langue. L’intention est louable, parce que la musicalité d’une langue n’est pas l’autre. En Guantes Blancos s’en sort pas mal en Espagnol en tous cas. Et puis si les paroles de La Réalité ne sont pas indignes, il semble envisageable que la chanteuse ne les comprenne pas trop. Et les constructions sont étranges. Un peu comme du Vive la Fête au premier degré donc. Mais l’intensité est tout autre, parce que l’arpège de guitare s’accorde bien avec une généreuse couche de violon. On le voit, le mélange de Joan and The Sailors est plus complexe qu’on avait pensé de prime abord. On a souvent raison d’approfondir un album.

http://joanandthesailors.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)