Accueil > Critiques > 2015

Patton - C

jeudi 1er octobre 2015, par Marc


On peut encore découvrir des formations très proches géographiquement. Il a fallu attendre cette année 2015 pour que j’entende parler du duo bruxellois Patton (via un distributeur basé en Italie encore bien). Et c’est d’autant plus étrange que ce que font les frères Sam et Max Bodson a vraiment des arguments pour plaire.

Parlons tout d’abord de l’album C, leur troisième. Ce qu’on y entend peut dérouter de prime abord, parce que leur musique est sinueuse, métastable, poussée par une intranquillité qui les pousse dans des directions différentes. Mais pas toutes les directions à la fois, c’est toute la différence. Certains artistes comme Kevin Barnes (Of Montreal) a pu nous perdre par le passé en nous semant dans les bois.

Ici, le duo nous entraine avec eux dans ce qu’on peut facilement assimiler à un voyage. On ne s’étonne donc pas de retrouver quelques allusions champêtres dans les titres. C’est d’ailleurs quand ils se laissent flâner que cet album est le plus attachant. On retrouve la veine ludique de Battles sur La Plaine et on apprécie la pause dans les herbes de Sheeps, Cows You, I.

Parce que oui, le reste de l’album peut prendre du temps à décanter, à dévoiler ses charmes. Seule réticence pour moi au tout début, la présence de voix. Qui sont la plupart du temps utilisées comme composante organique d’un morceau, pas comme point d’attention central, pouvaient sembler presque inutiles. Surtout quand le chant suit des mélodies plus arides que le morceau qui l’encapsule comme Appolo où la combinaison entre ces arpèges et cette basse solide peut se suffire à elle-même. Mais cette appréhension se dissipe en deux temps.

Tout d’abord quand l’album doucement percole et qu’on devine l’arc qui le sous-tend, utilisant le math-rock comme une base ludique et solide (très bon rythme pneumatique de Mauve = Blanc) ou un art-rock plus louvoyant comme celui des Dirty Projectors.

Et puis il y a la scène. Cette musique gagne beaucoup à se découvrir en direct. J’ai eu cette chance lors d’un concert à la Maison des Musiques de Bruxelles. Là, le duo est appliqué, et on prend du plaisir à voir les couches se créer. Peu de boucles au final, mais un engagement physique total. Pas d’éruption comme chez Health, mais une utilisation de tout ce que la psychomotricité permet pour transformer le mouvement en son. Le batteur Sam chante aussi et arrive à inclure du clavier dans ses mouvements de batterie. La basse est effectuée au pied par Max le chanteur/guitariste qui utilise aussi un clavier. Ils sont évidemment bien concentrés mais cette complexité ne semble pas les perturber et ça ne nuit jamais à la fluidité.

Les morceaux ne sont jamais longs, les gimmicks ne sont jamais trop étirés, ils arrivent donc à livrer un concert compact qui ne lâchera jamais son auditoire (des habitués, proches et passionnés visiblement). On l’a déjà constaté pour le post-rock plus ‘classique’, on le confirme pour cette musique plus aventureuse, la mise en place fait partie de la musique. De même que les cuisines ouvertes de certains restaurants fascinent, voir cette paire à l’œuvre est un plaisir à partager.

http://pattonmusic.org/

L’intégralité des images est ici

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)