Accueil > Critiques > 2005

Daphné : L’Emeraude

mercredi 16 août 2006, par marc


Déjà le prénom me parait sympathique. Est-ce une raison suffisante pour aborder une nouvelle artiste ? Non, mais tous les prétextes sont bons pour alimenter la curiosité.

La simplicité du premier morceau à la mélodie et au thème fort touchant et cette seule voix-piano est trompeur. Encore une entrée incontestable dans la play list déprime. Une place que revendiquerait aussi le fort joli Anna à la mélodie imparable. Le ton change dès le second morceau, la voix de petit oiseau tombé du nid sur Ton coeur nous renvoie au souvenir ému Beth Gibbons et les arrangements sont également réminiscents des regrettés Bristoliens de Portishead. Les morceaux gagnent progressivement en complexité (L’insoumise est vraiment réussi) et en énergie. Pour parois sonner comme le chaînon manquant entre Elie Médeiros et Camille (Théo Soleil), voire même se rehausser de façon réussie d’une touche de Bossa (La danse du loup, L’insoumise).

Qu’en penser donc ? Normalement, les chanteurs (et chanteuses) français font de premiers albums impeccables mais timides formellement (Bénabar, Jeanne Cherhal, Vincent Delerm). C’est après que le son prend de l’ampleur. Ici, on a voulu tenter le ’Tout, tout de suite’, quitte à moins réussir (le télescopage des couches de violon synthétique de Trafalgar square). C’est d’autant plus à contre-pied de la ’nouvelle chanson française’ qu’ici la voix est mixée fort en avant (sans que ça sonne ’variété non plus) et que l’humour est presque inexistant. C’est ce qui tranche et rend l’écoute plus aride. En dépit d’une voix attachante et de quelques titres prenants (difficile dans le premier degré), on se trouve face à des défauts manifestes de premier album trop ambitieux. L’avenir nous dira si nous avions raison de ne nous enflammer qu’à moitié. Entre énervant et sublime, voici une artiste au positionnement encore flou mais à suivre. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)