Accueil > Musique > 2018 > Villagers - The Art of Pretending To Swim

Villagers - The Art of Pretending To Swim

lundi 8 octobre 2018, par Marc


Moins d’une minute, c’est ce qu’il a fallu à Conor O’Brien pour qu’on se rappelle pourquoi on le suit depuis cette soirée de Belfast où on l’avait découvert seul à la guitare ouvrir la scène pour Owen Pallett. Again est dense, délicat comme il faut avec le son tout juste pas pompier qu’il faut. Certains artistes trouvent le chemin de votre âme avec assurance et rapidité et il a ce don-là. C’est toujours un plaisir et une immense facilité de trouver une porte d’accès aussi aisée à un album. Il sait qu’on n’a qu’une occasion de faire une première bonne impression et commencer un album de la sorte, c’est assurer les écoutes successives.

On avait pourtant ressenti à l’écoute de ses deux albums précédents construits autour des mêmes compositions qu’il allait virer vers une forme plus classique et dépouillée. Il n’en est visiblement rien. Surtout si on considère l’utilisation de synthés vintage mais discrets, comme ceux que Sufjan Stevens. Les audaces formelles sont un peu différentes, avec des samples vocaux sur Love Came With All that It Brings et de l’électronique tendance blip-blip (par opposition à l’adjonction de beats aussi connu sous le nom d’électronique boum-boum) sur Real Go-Getter, morceau qui maintient sa douceur. A Trick Of The Light est certes plus classique. Il fallait bien laisser retomber cette pression après le brillant début. Forcément, l’album se tasse un peu en son milieu.

Comme c’est plus ample, il y a plein de couches et il a fallu préserver une certaine légèreté. Il faudra donc prendre Long Time Waiting pour la pièce complexe et très légère qu’elle est, quitte à ne pas adhérer pour ceux qui ont tant aimé la chaleur plus dépouillée de ses premiers albums. Les synthés bien prog pouvant perdre quelques auditeurs en route. On se compterait dans ceux-là. A l’inverse, Sweet Saviour nous prend presque par surprise, serrant son étreinte de cordes à notre insu.

S’il est une chose qu’on adore, c’est suivre l’évolution des artistes. Evidemment, le risque de les voir s’éloigner de ce qui nous a rapprochés d’eux est grand mais il faut le prendre pour avoir la chance de les voir prendre un envol presqu’inéluctable. On avait senti sur le duo Darling Arithmetic/Where Have You Been All My Life que Conor O’Bien était dans une période de transition dont il est visiblement sorti, renforcé dans ses choix qu’il assume. Quitte à perdre quelques fans du début dans le processus, rebutés qu’ils pourraient être par quelques délires un peu prog et un son très lisse. Mais il reste pour tous le magistral morceau d’ouverture.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)