Accueil > Musique > 2019 > Vampire Weekend - Father of The Bride

Vampire Weekend - Father of The Bride

lundi 6 mai 2019, par Marc


Internet est là pour favoriser les échanges et les découvertes, les réseaux sociaux peuvent sans doute faire le buzz mais rien ne remplace le fait d’être au bon endroit au bon moment. C’est donc de l’autre côté de l’Atlantique que j’ai pu découvrir par hasard et à la radio une formation qui n’avait pas de sortie officielle à son nom. Une reprise aventureuse de Radiohead plus tard, ils allaient vite mettre tout le monde d’accord avec un brillant premier album. C’était il y a onze ans déjà et les voici à se frotter à l’exercice du double album.

Mais au contraire de formations comme Clash ou Arcade Fire qui ont profité de leur long quatrième album pour développer un éclectisme forcément inégal, ces 18 titres gardent une bonne cohérence. Même si le premier morceau qui commence en mode acoustique, vraiment impossible à identifier à l’aveugle. C’est un duo avec Danielle Haim. Il y en a d’ailleurs deux autres et bon, n’étant pas client de Haim, ce ne sont pas nos moments préférés. N’est pas Phoebe Bridgers qui veut.

Le ton est apaisé, on ne sent pas que les six années sans album et le départ de leur multi-instrumentiste Rostam Batmanglij les ai laissés dans un abîme de perplexité. En extrapolant (beaucoup) on pourrait même dire que cet apaisement n’est pas le meilleur moteur artistique. Paradoxalement, c’est un album prolixe qu’ils livrent. Aucun morceau ici ne semble superflu mais aucun ne semble indispensable non plus. Ce sera forcément vu comme une grosse faiblesse par le groupe qui nous a livré quelques-uns des singles les plus percutants de la décennie passée.

Harmony Hall par exemple est tout de même bien passe-partout. Et même si on y entend ‘I don’t wanna live like this/But I don’t want to die’, on préférera ne pas repenser au premier album à ce moment-là. On a aussi pensé à une version en tongs d’Arctic Monkeys, avec la même ambition mais des moyens radicalement différents.

Il y a aussi de rares moments où on sent qu’ils se lâchent. Sympathy joue sur la rupture, le rythme bien entretenu et les chœurs un peu barrés. C’est bien amusant en tous cas et est peut-être est-ce même le meilleur moment de l’album, celui où les garçons bien peignés ont la cravate en bandana mais gardent une choré impeccable. Mais même quand c’est plus lisse on se laisse moins prendre au jeu (Sunflower). Fort heureusement, la haute tenue mélodique est toujours au rendez-vous (Rich Man).

On décèlera aussi leur troisième degré sur Unbearbly White qui semblera un manifeste à certains à qui ces premiers de classe assumés ne plaisent pas. Ce détachement peut aussi être une limitation, il manque sans doute un peu de transpiration au groove sec d’How Long ?.

Father of The Bride pourrait proposer une dose de soleil nécessaire de temps en temps. Sauf que cette envie n’est pas compatible avec la propension à s’envoyer 18 titres d’un coup. Ce qu’on a surtout aimé chez Vampire Weekend, c’est une forte personnalité et la capacité à transcender un genre (la pop ensoleillée) qui n’était pas celui qu’on écoutait le plus. Ces deux qualités se sont bien érodées en tous cas. Remplacer la qualité par la quantité n’aidera pas à passer le cap. Ceci est un chouette album, foncièrement, mais qui ne marquera sans doute pas. Parce que le chahut marque souvent plus qu’une étude studieuse.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)