Accueil > Musique > 2019 > Bon Iver - I, i

Bon Iver - I, i

jeudi 29 août 2019, par Marc


Il semble bien loin, le premier album parfait de Justin Vernon, intime et poignant. Il a voulu très vite passer à autre chose, évoluer vers des contrées sonores plus aventureuses. La transition, dans un premier temps étant assuré par la voix haut perchée de Justin Vernon.

Il est maintenant, sans doute malgré lui le chef de file d’un style qui compte un beau nombre de réussites telles qu’Ed Tullett et/ou Novo Amor. Et puis en parallèle de formations comme Grizzly Bear ou Atlas Sounds, ils ont osé mêler de l’électronique, des cuivres, un psychédélisme maîtrisé à ce qui est une base plus folk. Cet environnement suscite l’attente, laquelle a rarement été déçue.

D’une manière générale, on adore même si on note un déficit en émotion pure. Sans doute parce que ces morceaux peuvent se révéler tortueux (We) ou sembler manquer d’enjeu (Sh’Diah). Dans ces moments-là, les effets sur la voix donnent l’impression qu’il s’époumone dans un grand hangar. Mais il faut admettre qu’ils arrivent à en faire un style en soi.

Eux seuls peuvent se lancer dans ces hymnes discrets, nous emportant presque malgré nous (Hey, Ma), avant de nous laisser en apesanteur sur ce qui est plus proche du drone ambient que de la chanson de feu de camp. Il y a des mélodies, bien évidemment (U (Man Like)) et puis l’engagement vocal de Vernon est volontairement mis au second plan (Naeem). Mais surtout, ils arrivent aussi très souvent à donner de l’ampleur et du spectaculaire (Faith) sans tirer sur de grosses ficelles. Ils arrivent à rester légers en toute circonstance, ce qui est une qualité qui grandit forcément au fil des écoutes, l’abord semblant un peu lisse avant que toute la douceur ne percole.

En fait, on se surprend à préférer certains qui se sont inspirés du style de Bon Iver que l’original, toujours majestueux et intime à la fois, admirable et identifiable entre tous, mais moins à même de susciter l’émotion suprême. Ce n’est plus ce qu’on recherche ici de toute façon, mais une musique foisonnante, toujours inventive et qui constitue une des plus marquantes discographies de notre époque.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)