Accueil > Musique > 2018 > Novo Amor - Birthplace

Novo Amor - Birthplace

mercredi 31 octobre 2018, par Marc


Les amis de nos amis sont-ils nos amis ? Si l’adage ne se vérifie pas toujours dans la vraie vie, on peut dire qu’il trouve une belle illustration avec Novo Amor. On avait découvert cet artiste (Ali John Meredith-Lacey dans la vie civile) anglais via sa brillante collaboration avec Ed Tullett et on attendait son premier album avec une curiosité non feinte.

Celle-ci n’aura pas été déçue comme on le verra. On avait déjà copieusement apprécié le single et son clip et le niveau est maintenu tout au long de cet album. On est d’emblée mis au parfum avec le très orchestré Emigrate. Il y a plein de cuivres, sans doute pour attirer les amateurs de cette tendance chez Sigur Ros et Jonsi. On est de toute façon en fort bonne compagnie, Birthplace faisant penser à Bon Iver, même si les montées et ruptures sont sensiblement différentes de celles de Justin Vernon. On est quoiqu’il en soit plus proche de cette veine-là que des expériences plus électroniques de son comparse Ed Tullett.

Si le genre semble balisé, il réclame une belle dose de compétence et du discernement pour apporter de la variation. Elle viendra par des cordes et une belle mélodie (Seneca), la jolie mélancolie violonneuse de Repeat Until Death, la montée subreptice sur Anniversary qui prend même le temps de laisser retomber la pression pour mieux la remettre. C’est une des manières de casser la monotonie qui est le risque d’un album aussi cohérent dans le son et le chant.

Quand c’est abordé plus franchement avec Utica, cela pourra plaire à ceux qui auront succombé aux charmes d’Einar Stray Orchestra. On est dans cette mouvance et on est le cœur de cible comme vous l’avez deviné. Ça fonctionne évidemment en mode ‘douceur extrême’ (Repeat Until Death). Hasard ou volonté délibérée, cette musique correspond bien à ce lumineux début d’automne.

On aime les surprises pourtant s’il s’agit ici d’un premier album, ce n’en est pas une. Tous les indicateurs étaient au vert (collaboration fructueuse, singles et clips au top) et ils le restent. Les amateurs de belles choses amples et délicates devraient ajouter un nom.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)