Accueil > Musique > 2018 > Novo Amor - Birthplace

Novo Amor - Birthplace

mercredi 31 octobre 2018, par Marc


Les amis de nos amis sont-ils nos amis ? Si l’adage ne se vérifie pas toujours dans la vraie vie, on peut dire qu’il trouve une belle illustration avec Novo Amor. On avait découvert cet artiste (Ali John Meredith-Lacey dans la vie civile) anglais via sa brillante collaboration avec Ed Tullett et on attendait son premier album avec une curiosité non feinte.

Celle-ci n’aura pas été déçue comme on le verra. On avait déjà copieusement apprécié le single et son clip et le niveau est maintenu tout au long de cet album. On est d’emblée mis au parfum avec le très orchestré Emigrate. Il y a plein de cuivres, sans doute pour attirer les amateurs de cette tendance chez Sigur Ros et Jonsi. On est de toute façon en fort bonne compagnie, Birthplace faisant penser à Bon Iver, même si les montées et ruptures sont sensiblement différentes de celles de Justin Vernon. On est quoiqu’il en soit plus proche de cette veine-là que des expériences plus électroniques de son comparse Ed Tullett.

Si le genre semble balisé, il réclame une belle dose de compétence et du discernement pour apporter de la variation. Elle viendra par des cordes et une belle mélodie (Seneca), la jolie mélancolie violonneuse de Repeat Until Death, la montée subreptice sur Anniversary qui prend même le temps de laisser retomber la pression pour mieux la remettre. C’est une des manières de casser la monotonie qui est le risque d’un album aussi cohérent dans le son et le chant.

Quand c’est abordé plus franchement avec Utica, cela pourra plaire à ceux qui auront succombé aux charmes d’Einar Stray Orchestra. On est dans cette mouvance et on est le cœur de cible comme vous l’avez deviné. Ça fonctionne évidemment en mode ‘douceur extrême’ (Repeat Until Death). Hasard ou volonté délibérée, cette musique correspond bien à ce lumineux début d’automne.

On aime les surprises pourtant s’il s’agit ici d’un premier album, ce n’en est pas une. Tous les indicateurs étaient au vert (collaboration fructueuse, singles et clips au top) et ils le restent. Les amateurs de belles choses amples et délicates devraient ajouter un nom.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)