Accueil > Musique > 2017 > Einar Stray Orchestra - Dear Bigotry

Einar Stray Orchestra - Dear Bigotry

mercredi 15 février 2017, par Marc


Il est probable qu’on ne me demande jamais quel est mon artiste norvégien favori. C’est bête, j’ai une réponse pour ça, c’est Einar Stray. Depuis un premier album sous son nom seul et la confirmation en tant qu’Einar Stray Orchestra, on n’a jamais eu à déplorer la moindre déception, le moindre affaiblissement, le plus petit essoufflement.

C’est d’autant plus remarquable que quand une formation vise l’ampleur, le son grossit artificiellement pour montrer qu’on n’est digne de jouer que dans les stades. Ou alors les promesses ne sont pas entièrement tenues. Notre ami norvégien n’aura donc pas à suivre les exemples d’Of Monsters and Men, My Latest Novel ou autres Broken Records. Certains autres s’en sont sorti en évoluant plus sensiblement (Fanfarlo) mais en perdant un peu de constance au passage.

Après un Chiaroscuro très instrumental, on avait décelé une volonté d’être plus compact dès Politricks et cette piste est logiquement poursuivie ici. Et ça reste très solide, la trace la plus flagrante du premier album restant au final ces puissantes poussées. D’emblée, ils se font denses (Last Lie). Piano, violons, tout est là, mais avec de la puissance et du souffle.

Sur la plage titulaire, c’est en puissance électrique qu’elle s’effectue. Ce morceau pourrait leur servir de carte de visite. Certes, certains sont encore plus intenses, mais peut-être paradoxalement le sont-ils trop pour des passages radiophoniques.

Autre marqueur personnel, on retrouve pas mal de chœurs féminins, supportant toujours la voix principale. Pour le reste, on va simplement constater que définir le souffle est difficile mais qu’on le sent indéniablement ici. Du single Penny for Your Thoughts qui frappe pas mal au bien beau et plein de cordes Glossolalia) qui s’offre quelques voix énervées en cadeau, il y a de quoi faire. Surtout que les fins de morceaux sont souvent très denses (puissant As Far As I’m Concerned) sans sembler ampoulées.

C’est avec de l’intensité que je goûte le mieux cette musique. Comme il y en a bien plus que chez Efterklang(souvent) ou Choir of Young Believers (toujours), on ne peut que s’incliner face aux gros déballages maitrisés de 20000 Nights ou du Synthesis final.

Arriver à grandir sans sembler viser les stades, c’est finalement un challenge que beaucoup ont tenté sans réussir. C’est sans doute pourquoi je suis un humble commentateur et non un décideur, mais ceci a toutes les qualités requises pour un succès mérité. Qu’Einar Stray rencontre son public ou pas, vous devez simplement savoir qu’on tient ici un des premiers grands albums de 2017.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)