Accueil > Critiques > 2019

Efterklang - Altid Sammen

mercredi 9 octobre 2019, par marc


Et voici le retour attendu de ces terriblement attachants Danois. Comme on ne les avait pas trop suivis dans leur opéra Pyramida, il faut remonter à leur Magic Chair de 2010 pour retrouver la trace d’une critique en bonne et due forme pour ce qui était une des réussites de l’année. Vue de loin, d’ailleurs, la structure de la pochette est assez identique.

Cette fois, ils chantent dans leur langue d’origine, ce qui va sans doute en écarter certains mais ce n’est pas ce qu’on retiendra. On ne peut du coup pas se lancer dans une exégèse des textes, même si on devine que le titre veut dire ‘toujours ensemble’. Et ce n’est même pas la première fois qu’on parle d’un album dans cet idiome, il y a eu Under Byen, autre chouchou nordique.

La structure de l’album par contre est différente. Exit donc la chanson pointilliste, la syncope comme art majeur. C’est ici plus direct, définissant une langueur qui n’est pas sans rappeler celle de Sigur Ros. Dans ce prestigieux lignage, on trouve Supertanker, énorme morceau qui fait partie de cette race à part de morceaux pouvant se faire plus intenses en ralentissant, appuyés par une basse souveraine. C’est le genre de choses qu’on avait aimé dans les débuts du Norvégien Einar Stray, autre orfèvre nordique. L’autre point d’orgue est le beau et lumineux morceau final Hold Mine Haender, avec choeurs mais sans effet exagéré, la mélodie et la délicatesse se suffisent à elles-mêmes.

En dehors de ces plus éclatantes réussites, il y a d’autres motifs de satisfaction comme ce gimmick de synthé d’I dine ojne qui est très réussi. Répétitif et entêtant, il manipule l’intensité du morceau. Les cuivres ne sont pas là pour apporter du panache, mais une texture sonore riche (Under broen der ligger du)
Belle élégance d’Unden Ansigt.

Ce qui frappe globalement, c’est l’indéniable élégance de cet album lent mais empreint d’une sensation d’apesanteur. Mais l’appréhension de cette lenteur ne devient jamais léthargie. On retiendra évidemment les rais de lumière, les moments forts que ce style leur permet mais aussi la constance d’un style indéniable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)