Accueil > Critiques > 2020

Benjamin Schoos - Doubt In My Heart

lundi 27 avril 2020, par marc


La transformation de Benjamin Schoos est complète et constante. S’il est compliqué de faire un lien direct entre cet album, ses premiers concerts en tant que Miam Monster Miam, ses collages psychédéliques, son amour du catch et de la ventriloquie, sa discographie récente montre une belle cohérence et une ligne directrice. Ses envies différentes, kraut notamment trouvant une échappatoire dans d’autres projets comme The Loved Drones, il peut se concentrer ici sur son amour d’une pop orchestrée, ample et subtile.

Une des bonnes idées est d’avoir ici fait appel à des collaborations vocales. Si Benjamin Schoos est pour le moins un bon chanteur, le premier degré romantique sombre contraste toujours avec ce qu’on connaît et apprécie chez lui (voir plus haut) et la diversité et la cohérence sont au rendez-vous avec une ribambelle de noms qui il faut bien l’avouer ne nous évoquaient pas grand’chose. Mais il est manifeste qu’ils se sont investis et le résultat est à la hauteur. Ces voix sont d’ailleurs assez distinctes, de tête (Marker Starling), plus grave (Nicholas Krgovich) ou féminines (Drew Smith).

C’est très fluide, mais jamais évanescent, pratiquant la sunshine pop (All Night Every Night), le slow crapuleux seventies (Doubt In My Heart). Dans ce style ample et langoureux, tout le monde aura sa propre ligne rouge. Pour moi, j’ai aussi eu l’impression de m’être égaré sur un rockmantique sur Melody Souvenir. Ca reste de la très belle ouvrage mais je suis plus client de la douceur de Catching In Passing.

Dans le fond et la forme, Benjamin Schoos sait exactement ce qu’il veut faire et comment il veut y arriver. Ses collaborations rendent cet album cohérent et varié à la fois, dans un style typé et forcément très léger. Si c’est votre truc et que les cocktails redeviennent possibles, en voici l’illustration sonore idéale.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)