Accueil > Musique > 2020 > Benjamin Schoos - Doubt In My Heart

Benjamin Schoos - Doubt In My Heart

lundi 27 avril 2020, par Marc


La transformation de Benjamin Schoos est complète et constante. S’il est compliqué de faire un lien direct entre cet album, ses premiers concerts en tant que Miam Monster Miam, ses collages psychédéliques, son amour du catch et de la ventriloquie, sa discographie récente montre une belle cohérence et une ligne directrice. Ses envies différentes, kraut notamment trouvant une échappatoire dans d’autres projets comme The Loved Drones, il peut se concentrer ici sur son amour d’une pop orchestrée, ample et subtile.

Une des bonnes idées est d’avoir ici fait appel à des collaborations vocales. Si Benjamin Schoos est pour le moins un bon chanteur, le premier degré romantique sombre contraste toujours avec ce qu’on connaît et apprécie chez lui (voir plus haut) et la diversité et la cohérence sont au rendez-vous avec une ribambelle de noms qui il faut bien l’avouer ne nous évoquaient pas grand’chose. Mais il est manifeste qu’ils se sont investis et le résultat est à la hauteur. Ces voix sont d’ailleurs assez distinctes, de tête (Marker Starling), plus grave (Nicholas Krgovich) ou féminines (Drew Smith).

C’est très fluide, mais jamais évanescent, pratiquant la sunshine pop (All Night Every Night), le slow crapuleux seventies (Doubt In My Heart). Dans ce style ample et langoureux, tout le monde aura sa propre ligne rouge. Pour moi, j’ai aussi eu l’impression de m’être égaré sur un rockmantique sur Melody Souvenir. Ca reste de la très belle ouvrage mais je suis plus client de la douceur de Catching In Passing.

Dans le fond et la forme, Benjamin Schoos sait exactement ce qu’il veut faire et comment il veut y arriver. Ses collaborations rendent cet album cohérent et varié à la fois, dans un style typé et forcément très léger. Si c’est votre truc et que les cocktails redeviennent possibles, en voici l’illustration sonore idéale.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)