Accueil > Musique > 2020 > Jarv Is... - Beyond The Pale

Jarv Is... - Beyond The Pale

lundi 24 août 2020, par Marc


This is not a live album… It’s an alive album.

Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu aussi comme une limitation, la précision millimétrique des albums de Pulp apportant un souffle qu’on retrouve occasionnellement ici.

Parce que s’il est évidemment illusoire d’attendre de l’album solo d’un leader de groupe de produire une suite de ce qu’il faisait avec son groupe culte, les amateurs de Pulp seront la cible la plus facilement identifiable ici. Jarvis fait des signes qui ne trompent pas, il y a beaucoup plus de connexions de style avec Pulp ici sur le très opportunément nommé Must I Evolve qui présente un petit côté épique, s’arrêtant pour mieux repartir comme une petite bombe de concert. Oui, c’est un morceau taillé pour la grande scène de Glastonbury. C’est évidemment un signe gros comme ça pour le fan quadra (ou quinqua), il y a des moments qui n’auraient pas déparé His ‘n Hers.

On distingue d’ailleurs d’autre moments de bravoure quand Am I Missing Something ou Sometimes I Am Pharaoh enclenchent la surmultipliée. Et quand ce ne sont pas des hauts faits, il maintiennent le cap avec une douceur qui fait plaisir (Swanky Modes), rendant cet album bien agréable dans l’ensemble. Si c’est forcément différent musicalement, on peut aussi penser à Leonard Cohen quand il susurre (Save The Whale).

On retrouve aussi une connivence certaine avec les passages plus discoïdes de la harpiste et claviériste Serafina Steer qu’on retrouve avec bonheur ici. Ils par le resque dub Children of The Echo qui fait craquer en plusieurs endroits son cocon psychédélique et montre l’étendue des possibilités de cette solide formation.

Si vous étiez un fan de Pulp, c’est un conseil sans réserve et vous ne m’avez sans doute pas attendu. Dans le cas inverse, c’est un bon test pour vous décider à vous frotter à la discographie de la formation de Sheffield (allez-y de notre part de toute façon). Dans tous les cas, c’est une incursion dans la musique d’une autre époque qui a vraiment bien vieilli, avec une écriture qui fait toujours mouche.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)