Accueil > Critiques > 2020

The Imaginary Suitcase - Hope Is a Sick Joke

mercredi 25 novembre 2020, par Marc


Plusieurs années ont passé depuis qu’on est sans nouvelles discographiques de l’ami Laurent Leemans. A son échelle, deux ans depuis son dernier EP et trois ans depuis le dernier album, c’est un gouffre qui contraste avec son habituelle productivité (7 sorties critiquées sur ce site). Même si je ne l’ai plus vu en vrai depuis un concert de La Vierge Du Chancelier Rolin au Verdur’Rock de 1996 (date estimée), il a tout de suite su se rendre précieux, établir une connivence qui ne s’est plus démentie.

Hope is a Sick Joke en rock gothique sudiste , un rien électrifié. Les thèmes sont évidemment différents des poncifs du genre, plus imprégnés d’un sentiment de révolte concernée. On connaissait ses préoccupations, spécialement illustrées sur le justement nommé et plus que jamais d’actualité I Can’t Believe We’re Still Protesting This Shit. C’est enlevé et plus que prometteur parce que ça annonce un album. Il est souvent vain de tenter de sur-interpréter une pochette mais cette image de lumière au bout de la cave est sans doute représentative de la sortie par l’art d’une période sombre, ce qu’il confesse dans ses notes.

Mais on n’écrit jamais un article pour un seul titre et ceux qui voudront supporter l’artiste auront droit à trois reprises de bon goût. On commence par le classique Le Courage des Oiseaux dont on connaît déjà beaucoup de versions (de Dominique A lui-même, de Baden-Baden). C’est différent bien évidemment, plus acoustique, avec un ’harmonica qui ‘sonne’ spécialement bien. Lost on You vaut aussi le détour avec sa seule guitare acoustique baignée de reverb’. Et une belle voix grave ne pouvait pas non plus passer à côté de Leonard Cohen dont l’inoxydable Suzanne termine en sobriété cette livraison. Un nouveau morceau et trois reprises de haute volée, le but de cet échantillon est de nous donner envie de plus. Mission accomplie donc.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)