Accueil > Musique > 2021 > Tindersticks - Distractions

Tindersticks - Distractions

lundi 22 février 2021, par Marc


Si ce qui nous lie à une formation comme les Tindersticks repose sur une certaine habitude, certes, mais aussi à leur propension à nous surprendre de temps à autres. Ce treizième album studio nous cueille avec des voix samplées, ce qui dévie du croon vespéral habituel. Ou plutôt qui constitue une partie des habitudes. Parce que s’il reste des marqueurs forts comme le vibrato baryton de Stuart Staples, on sait depuis un quart de siècle que la tangente est toujours possible. La dernière en date était l’excellente surprise groove de The Something Rain.

On avait apprécié No Treasure But Hope, évidemment, mais sans avoir ce petit plus qui fait les grands albums. C’est ce qu’on retrouve ici, tout en admettant la part énorme de subjectivité de cette adhésion. Il faut toujours aborder leurs albums avec un certain degré d’abandon. Il en faut un peu pour profiter en plein des 11 minutes de Man Alone qui s’aventure dans des textures sonores qui ne leur sont pas familières. Mais la voix de Stuart Staples reste le point d’attention, même si son traitement est différent, trituré, réverbéré et incorporé comme matière première plus que comme ingrédient soliste.

I Imagine You est plus en ligne avec leurs tendances minimalistes récentes et on ne va pas dire qu’il suscite un intérêt gigantesque. L’album évolue alors vers vers plus de ‘chanson’, même s’ils excellent toujours en déclamation sur The Bough Bends.

Stuart Staples vit en France depuis de nombreuses années. Il se lance donc dans la langue de Claude François et c’est un style de chant qui n’est pas fréquent dans cette langue. La grosse basse emmène Lady With The Braid mais ne nous y trompons pas, la mélodie est impeccable (le genre de celle qu’on imaginerait dans la bouche de Leonard Cohen) et les enluminures subtiles et efficaces. La compétence est une qualité qu’il serait dommage de renier, et ils en profitent pour étirer le morceau final.

Tindersticks, ce sont d’anciens compagnons de route pour lesquels la surprise est toujours possible. S’ils restent reconnaissables entre mille, force est de constater qu’un de leurs albums ressemble rarement au précédent. Ils s’enfoncent donc un peu plus avant vers l’abstraction et leur capacité à trousser une ambiance fait forcément mouche. On se surprend à être un peu surpris et rien que pour ça, on resigne pour 25 autres années.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)