Accueil > Musique > 2022 > Dominique A - Le Monde Réel

Dominique A - Le Monde Réel

lundi 17 octobre 2022, par Marc


Les artistes proposent, toujours. Suivre certains est un plaisir qui nait parfois de l’incertitude, de l’inconnu qui se glisse dans ce qu’on croyait connaitre. Les premières écoutes du dernier album de Dominique montrent un déficit d’émotion fortes et immédiates comme celles qui nous serrait sur Eleor ou L’Horizon Auguri. Que faire dès lors ? Moduler l’attente, s’aligner avec ce que ce bel album propose. Et une fois qu’on arrête d’y chercher ce qui de toute façon ne s’y trouve pas, cet album se dévoile, écoute après écoute. Et bien plus que sur ses trois publications précédentes, il nous enveloppe, nous prend et ne nous lâche plus.

Oui c’est beau, les cordes sont soyeuses, libérant une vraie ampleur d’Avec Les Autres. Les mélodies sont bien là sur Nouvelles Du Monde Lointain ou Et Tout Le Monde Comme Des Toupies et ça frappe juste et fort.

Les instruments à vent rappellent évidemment l’incroyable Vers Les Lueurs. Non, ce n’est pas un retour à des choses plus rudes comme Tout Sera Comme Avant. Notamment parce que les mélodies sont bien là, souvent incroyablement belles. Le chemin vers la lumière est indéniable et n’est pas interrompu ici. C’est ce qui constitue le fil d’une passionnante discographie qui aborde son versant le plus poétique.

On aime le ton de Les Roches, ce relativisme matérialiste qui tranche avec le ton général. C’est là la singularité de Dominique, même quand la poésie prend le dessus, elle s’inscrit dans le réel. Etrange de constater que ce relatif retour à la nature s’accompagne d’une musique aussi peu champêtre que possible. Son écologie est aussi particulière. Il ne dénonce pas vraiment, mais questionne l’humain et sa place. On le sait depuis longtemps, des morceaux comme rendez-nous la lumière avaient tracé la voie. Et les refuges sont connus, l’enfance (Le Manteau Retourné de L’Enfance) et le collectif (Avec Les Autres). Parce que la lumière n’est pas que musicale chez lui.

On ne pourra jamais reprocher à Dominique A de faire du sur-place. Mais après vingt ans d’amour musical, on s’accroche un peu et on est récompensés par un album riche et soyeux, d’une beauté intemporelle. Un peu uniforme peut-être mais uniformément beau aussi. De ceux qu’on gardera avec nous, comme la plupart de ses albums en fait.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)