Accueil > Musique > 2005 > Stuart A. Staples : Lucky Dog Recordings

Stuart A. Staples : Lucky Dog Recordings

mercredi 23 août 2006, par Marc


Il ne faut pas exagérer, une chanson ne change pas une vie. Mais elle peut faire entrevoir de nouveaux horizons musicaux. Quand il y a dix ans de celà, j’ai entendu A night in, j’ai pris connaissance d’un spleen qui mettait en joie. C’est une expérience assez difficile à décrire, aussi je vous encourage à vous plonger dans le deuxiéme album des Tindersticks (qui n’a pas de titre).

Les Tindersticks ont évolué depuis plusieurs albums vers une soul blanche plutôt classieuse mais moins chargée émotionnelement que leurs premières oeuvres.

C’est donc tout seul que Stuart A. Staples, leur chanteur, a décidé de revenir aux sources. De donner un écrin plus intime et lent à sa voix superbe. Les orchestrations sont d’ailleurs assez proches des Tindersticks (c’est à eux qu’on doit les somptueux arrangements pour cordes des albums récents deJean-Louis Murat) mais en plus simples.
Et même parfois minimalistes, un orgue et quelques cloches sur Marseilles moment, une basse, un petit orgue et quelques discrètes percussions sur Friday night. Voire juste une guitare acoustique en sourdine (Dark days).

Il faut dire que la voix assez singulière de Stuart Staples (dont le totem scout devait être cocker dépressif) remplit bien à elle toute seule. Mais parfois, l’ambiance est plus touffue avec des cuivres branques (Say something now, People fall down). Une belle palette d’ambiances donc même si je n’aime décidément pas les choeurs (Sommerset house) mais bon, ici ça apporte quelque chose vu qu’il n’y a que ça comme voix. Faire un morceau dont les paroles sont dod-doo-doo, il fallait oser.

Leonard Cohen n’ayant plus réussi des chansons depuis des décenies par la faute d’orchestrations d’un goût plus que pénible, l’alternative peut venir d’Angleterre avec cet album attachant au delà du raisonnable.

Pour ceux que les ambiances spleenesques attirent, voici un must absolu. Qui plongera les amateurs de musique énergique dans un abîme de perplexité. On ne sait comment les carrières parallèles de Stuart Staples et des Tindersticks vont se goupiller, mais ce qui est certain, c’est que cette récréation est indispensable à nos oreilles. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)