Accueil > Critiques > 2023

Caesar Spencer - Get Out Into Yourself

vendredi 28 avril 2023, par marc


Anglais né au Pérou, Caesar Spencer réside aujourd’hui en France. Une origine qui lui permet de présenter un mélange subtil entre traditions anglo-saxonne et française s’était déjà retrouvé sur Maxwell Farrington et le Superhomard. Disons-le d’emblée, la voix est un peu plus assurée ici et est une des points positifs de cet album. Nous verrons qu’il y en a bien d’autres.

Le morceau introductif est un peu surf-rock, pour être certain qu’on puisse tout de suite identifier les revendications d’époque. Les choses plus sérieuses commencent juste après avec l’ampleur du mélange cordes et guitares sur Get Put Into The Pigs. Un beau morceau bien classieux et ce n’est vraiment pas le seul.

Avec une voix féminine comme celle de Mareva Galanter sur When I Whisper In Your Ear, les références sont claires, on vise ce que Nancy Sinatra et Lee Hazelwood ont pu faire. C’est évidemment un modèle hors d’atteinte mais force est de constater qu’il y a ici les moyens des ambitions et que le résultat est plaisant. Il a notamment convoqué Jacqueline Taïeb, Jo Wedin, Jean Felzine ou Gilles Tandy pour apporter de la crédibilité et de l’épaisseur.

Si tout ceci est bien classieux, on ne peut pas dire que c’est intemporel parce que c’est très connoté sixties. Cependant, il y a aussi des moments où un peu de puissance actuelle reprend le dessus et c’est dans ces moments-là que cet album prend toute sa dimension. Jane Loves The Highway est de ceux-là. On se rappelle alors qu’Arctic Monkeys a pris ce genre de virage il y a plusieurs albums et ceci est dans cette lignée qui peut aussi compter Balthazar. Ils savent faire monter un chorus en tous cas sur Waiting For Sorrow ou l’impressionnante plage titulaire, pour un morceau qui pour le coup ne sonne pas daté.

Ici, les intentions sont claires, c’est une certaine vision classique qui est mise en avant. Mais il y a deux bonnes nouvelles. Tout d’abord il se donne les moyens de ses ambitions et il arrive à pousser ce style vers le haut avec une vraie puissance de feu.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Caesar Spencer - Get Out Into Yourself 1er mai 2023 17:27, par Laurent

    Ah oui, très très vintage ! La voix (pas si éloignée de celle de Tom Smith des Editors) pèche un peu niveau accent, mais j’avoue un gros faible pour Waiting for Sorrow. Très beau titre avec l’irrésistible Jacqueline Taïeb (dont j’apprends du coup qu’elle chante encore, c’est fou).

    repondre message

    • Caesar Spencer - Get Out Into Yourself 4 mai 2023 08:25, par Marc

      Dans le genre, c’est vrai qu’il a d’excellents morceaux.

      Il y a eu l’année passée un album complet de remises au goût du jour de chansons de Jacqueline Taïeb, j’avoue que j’avais passé mon tour, je devrais aller jeter une oreille tout de même...

      repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)