Accueil > Critiques > 2023

DM Stith – Fata Morgana

mercredi 24 mai 2023, par marc


Difficile de revenir après plusieurs années d’absence, surtout si on était associé à un courant qui s’est un peu éteint. C’est en effet dans la vague freak-folk, mêlant écriture et musique aérienne et organique à la fois qu’on avait placé DM Stith. Avec son pote Sufjan Stevens ou autres Grizzly Bear, il était même un des plus éminents représentants de ce style qui nous a valu bien du plaisir.

Toujours aussi léger et aérien, mais un poil plus classique, l’évolution de DM Stith lui permet de ne pas sonner comme un album sorti en 2010 tout en préservant ses charmes. Doomed ! nous rappelle qu’il nous avait enjoint à danser comme si on était en feu. Il maitrise cette répétition des paroles, ces dédoublements comme sur In The Glare ou alors des chœurs en suspension. C’est un vrai morceau pop, limpide mais au traitement qui le rend spécial. On ne sait toujours pas comment il fait, pour être si unique alors que rien pris séparément ne semble étrange.

Plaisir d’un autre temps ? Non, pas vraiment. La nostalgie peut venir de la présence de la toujours précieuse Shara Nova (My Brightest Diamond). Le temps est d’ailleurs une préoccupation soulevée par cet album dont la pochette est probablement une photo de Proust.

Time is not an arrow/Time is a grenade/And you’re holding it the wrong way

Unique mais pas sans liens ou évocations, on sent un ton élégiaque à la Radiohead sur Fidget Spinner. Ces morceaux coulent de source, tous et l’effet est cotonneux et chaleureux à souhait. Plus organique que des choses comme Panda Bear, le cachet est donc plus intemporel. Cette beauté se moque des modes musicales, c’est un des enseignements de cet album de DM Stith. En continuant à pratiquer son style qui ne s’inscrit plus dans son époque, il garde pourtant toute sa pertinence et sa singularité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • DM Stith – Fata Morgana 25 mai 2023 06:03, par Laurent

    J’ai absolument adoré cet album. Sa sortie m’a rappelé à quel point DM Stith était un artiste indispensable. Pour moi, cet effort s’élève bien au-dessus de ce qu’a proposé son copain Sufjan ces dernières années ; je le situe au niveau de "Carrie & Lowell", c’est dire si j’ai vraiment aimé !

    repondre message

    • DM Stith – Fata Morgana 25 mai 2023 19:51, par Marc

      Ah oui, carrément ! Très d’accord pour dire que ce tient bien mieux la rampe que les Sufjan récents en effet. Un album tellement fluide qu’il en est déconcertant.

      repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)