Accueil > Critiques > 2023

Róisín Murphy - Hit Parade

vendredi 15 septembre 2023, par marc


On a déjà exprimé nos sentiments contradictoires pour cette artiste qui ne l’est pas moins. Elle est aussi comme ça, entre figure qu’on pourrait rencontrer dans un pub et art contemporain. Et sa musique le reflète aussi, avec des tendances disco directes mais toujours tordues.

Son premier album pour le label Ninja Tune s’annonce avec une pochette assez hénaurme qui donne une idée de la confiance qui l’anime. Parce qu’on se rend vite compte que c’est son album le plus consistant depuis longtemps, depuis le premier avec Matthew Herbert sans doute. C’est DJ Koze qui est au pupitre ici, et on peut dire que cette nouvelle collaboration (elle a posé sa voix sur quelques morceaux du dernier opus du producteur allemand) fait des étincelles.

Première tendance détectée, une envie presque vintage qu’on retrouve au détour de Coolcool qui contient des samples de Together de Mike James Kingland’s (morceau de 1971 tout de même). C’est cette tendance qui sous-tend le délicieux Fader. Le résultat est impeccable de langueur et le clip qu’elle a réalisé elle-même est ici une des multiples colorations.

Parce que des morceaux comme You Knew explorent ses penchants déjà observés pour la house plus abstraite. Pareil pour Can’t Replicate qui contient une montée en bonne et due forme et est la forme la plus aboutie de transe sudoripare de l’album. On détecte évidemment la patte de DJ Koze dans ces morceaux plutôt longs qui sont la colonne vertébrale de cet album.

La pression retombe logiquement en d’autres endroits, peinant parfois à passionner (Two Ways) malgré la densité. On pourra préférer Eureka et son gimmick hérité de la longue tradition minimal. The House a aussi cette ossature deep mais est clairement un morceau de fin, d’étirements après la séance.

Si le style de Róisín Murphy se reconnait facilement, ses albums se ressemblent finalement peu et celui-ci est une sorte de grand écart entre une soul blanche vintage et des écarts électroniques plus aventureux et est sans doute le plus abouti de sa discographie solo. Le résultat est donc varié et équilibré et la confirme au sommet de l’écosystème electro.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Róisín Murphy - Hit Parade 8 octobre 2023 15:17, par Laurent

    Il m’a fallu un certain temps pour apprivoiser cet album et je me rends compte qu’il est effectivement plein de bonnes choses. Seul bémol pour moi, c’est qu’il aurait dû s’arrêter après 10 morceaux. Les 10 dernières minutes sont franchement sans intérêt.

    repondre message

    • Róisín Murphy - Hit Parade 8 octobre 2023 18:13, par marc

      C’est vrai que les trois derniers morceaux font un peu ’descente brutale’ . Mais c’est un des albums que j’écoute le plus depuis un mois.

      repondre message

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)