Accueil > Musique > 2008 > Cocoon - My Friends All Died In A Plane Crash

Cocoon - My Friends All Died In A Plane Crash

jeudi 28 février 2008, par Marc

Comme le nom l’indique


Les Inrockuptibles ne se sont parfois fourvoyés dans un passé récent (leur classement de fin d’année leur a valu une méritée volée de bois vert) mais ils ont gardé la main dans certaines découvertes. Leur concours cqfd (Ceux Qu’il Faut Découvrir) nous a permis de découvrir Joseph d’Anvers ou Florent Marchet. Un des lauréats passe maintenant à l’étape supérieure du premier album. C’est le comparse de Jean-Louis Murat, Denis Clavaizolle qui est tombé sous le charme de ce frais et jeune line-up et qui est aux manettes de la production. Cette collaboration a aussi donné l’occasion à la chanteuse Morgane Imbeaud de participer au réussi projet Charles et Léo de Murat, qui s’y connaît en collaborations féminines (citons Camille, Jennifer Charles, Carla-qui-vous-savez, oublions charitablement Mylène Farmer).

Il est étonnant de voir quels résultats différents peut donner la formule du duo mixte (The Kills, The Do, The White Stripes…). C’est donc dans le gentil genre du pop-folk qu’ils évoluent. C’est un style par définition voué à la légèreté, donc qui ne pourra que paraître nunuches à qui aime les drogues musicales dures. Il faut donc de la qualité pour passer outre les limitations d’un genre. Le duo français y parvient heureusement souvent. Plus que les mid-tempo (On My Way) qui souffrent de vouloir se faire trop séduisants et sonnent trop léger (Chupee), mes morceaux préférées restent les plus simples comme Tell Me ou Cliffhanger qui peut faire penser au Current 93 de l’album Thunder Perfect Mind.

Les nappes de violon ne sont pas toujours indispensables (Seesaw) et semblent un peu en porte-à-faux entre les deux tendances actuelles à la luxuriance et la sècheresse. Mais cet album est destiné à un auditorat plus vaste que les purs folkeux, ce qui explique ces choix. Parfois pourtant, ça lorgne même du côté de Sufjan Stevens pour un Owls à l’orchestration un tantinet plus ambitieuse. Ca n’a pas la tension dramatique d’un Nick Drake mais on a tellement entendu de choses mauvaises dans le genre (non, je ne cafterai pas) qu’il faut avouer que ceci est le haut du panier. Je préfère sa voix à elle à celle du garçon Mark Daumail. Mais en combinaison l’équilibre est assuré. Reste que l’accent frenchy n’est pas exagéré (on a entendu bien pire) même s’il reste prégnant. L’aporie qui veut que des non-anglophones chantent en anglais de façon pas toujours parfaite en anglais et osent rarement se limiter à leur langue maternelle trouve donc ici un compromis.

De jolies mélodies qui constituent avec la sobriété de la production les grandes satisfactions de cet album. Si vous aimez un seul de ces morceaux, il est presque certain que le reste vous plaira tant la qualité est constante. Vous pouvez vous faire un premier avis ici. Pour moi, seul le Christmas Song ne passe pas, à cause d’une dose de sucre imposée par l’exercice. Cet album gentil et délicat ravira ceux pour qui la légèreté n’est pas un défaut. Ils auront droit à une très bonne enfilade de pièces courtes et d’un très bon niveau mélodique et arrangées avec un goût certain. Pour une fois, le nom du groupe donne une excellente idée du contenu, voir même de la posologie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)