Accueil > Musique > 2008 > Abe Vigoda - Skeleton

Abe Vigoda - Skeleton

mercredi 17 septembre 2008, par Marc

Punk tropical. Sisi


La vie d’un groupe qui se lance de nos jours ne doit pas être facile. Plusieurs problèmes se poseraient. Tout d’abord le genre pratiqué est libre, et toutes les boutures ou presque ont été tentées. Donc pas facile de trouver la combinaison intéressante. Ces Californiens ont quant à eux décidé de mélanger sons caribéens (ou afros parfois) et fureur. Ensuite, à l’heure du référencement par myspace, les noms se doivent d’être uniques. Un rapide coup d’œil à la liste des groupes critiqués ici vous fera réaliser à quelles extrémités certains en sont réduits. C’est le nom d’un acteur décédé qui fait ici office. Et ça sonne plutôt bien si vous voulez mon avis.

Ainsi, je vous ai promis du punk tropical. Punk n’est pas à prendre dans l’acception la plus littérale du terme (one-two-three-four) bien entendu, mais une fois retiré les velléités ensoleillées, les titres sont bruts, bruyants, brouillons aussi, et surtout énergiques. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre cette composante. Ce sont aussi des morceaux qui jouent plus sur la mélopée, donc qui évoquent immanquablement El Guincho. D’ailleurs, ça m’effraie un peu toutes ces références circulaires sur ce site. On compare en rond, non ? Mais d’un autre côté, c’est assez cohérent. Et puis si vous avez été attentifs, je peux aussi parler des deux énervés de No Age qui ont eu aussi dépoussiéré des genres comme le shoegaze en y mettant leur ardeur juvénile. Comme si les petits frères d’Animal Collective répétaient dans la cave avec des guitares, poursuivant l’introduction de des rythmes afros dans une indie pop qui n’en demandait pas tant. Vampire Weekend avait remis ça au goût du jour et puis d’autres avaient un peu anticipé la tendance.

Evidemment, parfois c’est bordélique à la limite du tolérable (certains passages de World Heart). C’est que la combinaison guitares aigües/groove qui martèle/lancinance/fureur n’est pas le cocktail le plus doux à l’oreille a priori. Mais fort heureusement, parfois on est attirés tout de suite par un Animal Ghosts.

Note au jeune groupe du départ : une bonne manière de se faire répertorier arty est l’indispensable présence d’instrumentaux évidemment. C’est Visi Rings qui s’y colle ici et une pulsation sourde, organique presque, surgit du son concassé de Whatever Forever.

Il faut s’attendre à deux effets à l’écoute de ce Skeleton : une bonne dose de bonne humeur et un solide mal de crane. Car si vous dépassez la dose prescrite, cet effet secondaire est à prévoir. A vous d’adapter votre consommation parce que ce serait dommage de passer à côté d’une des plus improbables hybridations de cette époque ou le concept même de tabou musical est proscrit. Ca va pogoter dans les cases.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dewaere – What Is Pop Music Anyway ?

    Il est des gens qui ingèrent des boissons énergétiques comme on boit de l’eau, c’est un goût qu’ils ont développé. D’autres n’y recourent que dans des contextes particuliers. Il en est de même pour le rock plus musclé. On se range alors au rang des usagers occasionnels et ceci est notre canette du mois d’avril. Autant qu’elle fasse l’effet maximal.
    Si on a autant apprécié cette ingestion, c’est notamment parce qu’on retrouve un certain Maxwell Farrington au chant. Lui qui nous avait gratifiés d’un très (...)

  • Izzy and The Black Trees - Trust No One

    Non, la rockeuse n’est pas l’artiste la plus représentée dans ces colonnes virtuelles. On a pu parler de Baby Fire ou la bande de Cheap Satanism ou encore de Be Your Own Pet mais ce n’est pas énorme. Que dire alors des artistes polonais, absents ici en plus de 2400 articles. Mais quand l’occasion se présente sous la forme d’un album emballant, on n’hésite pas.
    Les figures tutélaires inévitables du genre sont Patti Smith et PJ Harvey. Le cousinage avec la référence des passionarias est patent sur Mr (...)

  • CSS - La Liberación

    L’insoutenable frivolité de l’être
    CSS pour « cansei de ser sexy ». Fatigué d’être sexy, le quintette brésilien a très tôt délaissé son électro-pop sensuelle et glamour pour un second album aux relents de punk mal digéré. Faisant suite à un premier disque jouissif, le pénible “Donkey” faisait figure de cas d’école dans le contexte des sensations d’un jour, ces nombreuses formations un peu trop vite montées en épingle et incapables d’assurer dans d’autres disciplines que le sprint. Bonnet d’âne, donc. Vient (...)

  • Grand Duchy - Petits Fours

    Réception chez les Thompson
    Grand Duchy... Petits Fours, c’est français ou Luxembourgeois ? Un duo d’après la pochette... Beaucoup de duos en France, écoutons... Mouais pas mal, mais je connais cette voix... Je la connais même très bien, c’est pas français du tout.
    Oui Charles Thompson aka Francis/Frank Black n’est jamais à court de surprises. Si c’est bien à lui qu’appartient cette magnifique nuque sur la pochette, c’est aussi à lui qu’appartient la dame à ses côtés (mille excuses auprès des collectifs (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)