Accueil > Musique > 2009 > Bat for Lashes - Two suns

Bat for Lashes - Two suns

vendredi 3 avril 2009, par Fred

Désir de perfection


Il n’est jamais trop tard pour réparer un oubli : voilà, c’est fait, je l’ai dit !
Car, bien que Paulo nous ait déjà présenté de manière convaincante Natasha Khan et son projet Bat for Lashes, ce n’est qu’aujoud’hui que j’ai l’occasion de me faire mon propre avis.

En effet, sort ce mois un nouvel album de Bat for Lashes, qui ne me ferra plus négliger une sortie de cette artiste.

Natasha Khan, dont il est ici question, est originaire de Brighton, née dans une famille Pakistano-Anglaise. Elle nous livre un second album, 2 ans après Fur & Gold, nominé à plusieurs reprises au Mercury Price et aux Brit Awards . Ce nouvel album, elle l’a écrit et enregistré en Angleterre mais également aux States.

La première chose qui frappe lorsqu’on découvre Bat for Lashes, c’est évidemment la voix, cristaline, puissante. La tessiture est impressionnante et la demoiselle passera des graves sensuels aux aigus lyriques.
Dans ce types de registres, on pensera très souvent à Sinead O’Connor, puis tour à tour à Annie Lennox (Two worlds) ou Tori Amos (Moon on Moon accompagnée au piano).
Ces lignes de voix lyriques et épurées se marient tantôt à de délicates lignes de piano, tantôt à un bon beat couvert de nappes vaporeuses.
Sur Daniel, premier single, on a donc un chant à mi-chemin entre O’Connor et Lennox, des accompagnements electro symphoniques et retro et une ambiance mélancolique sont soutenu par un beat presque dansant..

Ce qui nous amène au second point intéressant : les rythmiques. Le sujet fait l’objet d’une attention particulière, les beats sont travaillés, touffus.
Quelques influences world par ci par là viennent parsemer des plans rythmiques plutôt inspirés du trip hop, voire de l’electro-pop en général. On rappellera au passage que Peter Gabriel avait déjà marié ce type de tessiture féminine à des rythmes world sur Us avec succès.

Un autre bon point se trouve dans l’alternance des ambiances : mélancoliques, méditative, introspectives, minimal, romantiques.
Ainsi, moon and moon, nom du groupe de son compagnon de l’époque, est un titre au piano délicat et intense. Two Planets, l’introspectif, quant à lui frappe par la retenue dans les arrangements. Ce n’est pas minimal, c’est juste délicat. Ca évoquera certainement le travail de Bjork.

Au registre minimal, The big sleep, duo avec le chanteur américain Scott Walker clôturant l’album frappe l’imagination ; quelques nappes de piano et deux voix éthérées, fantômatiques pour un morceau sur les adieux. Troublant.

Même si on est au premier abord dérouté par Peace of Mind, chanson guitare-voix folkeuse ,en marge du reste des morceaux, on verra cependant la forme se préciser à mesure qu’elle se déroule. Les références musicales apparaissent alors clairement et s’orientent vers PJ Harvey. Cet interlude élargit le registre de belle manière et présente certainement une piste future.

Siren Song, cri d’amour de Pearl, l’alter ego blonde de Natascha, fait partie des morceaux qu’on retiendra de cet album. On placera également dans cette catégorie Glass, Two Planets et Daniel.
La recette connue du morceau piano-voix délicat évoluant vers une montée en puissance et en intensité sur son refrain est souvent payante. Ici, elle est parfaitement exécutée, avec la sensibilité nécessaire à ne pas le transformer en tarte à la crème.
Pearl, cet alter-égo blonde de la brune Natasha, qu’on découvre au dos l’album, intervient apparemment à quelques reprises, entre autres sur Siren Cry and Pearl’s Dream.

Comme c’est le cas pour beaucoup des albums essentiels, ça semble tellement simple et facile que ç’en est énervant ! Comme pour des Cloud Cult , des Radiohead et autres Spoon, les morceaux de Bat for Lashes ne sont pas en apparence complexes, ce qui les rend accessibles. Une écoute attentive révèlera cependant un véritable souci des détails, un désir de perfection sur les rythmiques, les textures et les sons mais qui jamais n’entrave la sensibilité.
Ca marche si bien qu’on oublie bien vite tout ça pour simplement apprécier chaque morceau. Et il est bien rare que pas une plage ne me donne l’envie de presser la touche skip.

J’attendais ma première claque de 2009 et bien la voilà.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Rafale - Obsessions

    Melting-pot daté
    C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)