Accueil > Musique > 2010 > Sleigh Bells - Treats

Sleigh Bells - Treats

jeudi 3 juin 2010, par Marc

Orthodoxie furieuse


Quand un fournisseur de bons plans se rappelle à mon bon souvenir, il va de soi que j’écoute. Un duo mixte originaire de Brooklyn, c’est quand même difficile à surpasser comme poncif indie. Si le duo en question est dans une mouvance bruyante, on se retrouve au cœur même de l’orthodoxie, celle dont les blogs (la sainte écriture Pitchfork en tête) font leurs gorges chaudes.

Il y a un regain d’intérêt de musique puissante ces derniers temps. Comme tout ce qui tourne autour du hard-rock, métal et consorts m’est assez étranger, je cherche logiquement ailleurs. Il y a eu la vague des No Age, Wavves, Mi Ami et autres Crystal Antlers. Et puis, plus consistant et scotchant, les terrifiants HEALTH. Ce déballage n’est pas pour mettre des liens à la douzaine mais aussi situer un groupe dans une mouvance plus large.

Des géniaux HEALTH on retrouve d’ailleurs aussi les mêmes voix de tête, vraiment féminines dans ce cas-ci. L’effet est un peu plus nunuche (plus proche de High Places que de Be Your Own Pet donc) et détonne un peu dans l’ambiance d’hystérie distordue qui prévaut parfois au cours de ce Treats. On peut le voir évidemment comme un élément modérateur bienvenu. Evidemment, pris sans envie le mal de tête sera la sanction inévitable. Tout n’est pas abordé dans le rouge (Rill Rill), mais Staight A’s déborde d’une énergie juvénile qui n’est plus la mienne. Treats quant à lui sort les biscottos de façon assez peu subtile. Mais ce n’est pas ce qu’on leur demande non plus.

Dans ce genre d’hystérie, il y a certains M.I.A. Surtout quand le phrasé se fait plus énervé, dans le genre Riott Grrrrl sous amphètes (Infinity Guitars). Et puis quand on se renseigne, on apprend que le groupe est sur le label N.E.E.T. de la chanteuse britannique. C’est quand même bien fait que ce soit logique.

Laurent vous a parlé de cette tendance à l’assagissement, au middle of the road qu’on pensait éloignée des préoccupations indie. Et si l’éclosion de jeunes groupes énervés n’était pas la conséquence de cette constatation ? Je ne peux pas vous cacher que des albums à aussi haute teneur en son, il ne m’en faut pas douze par mois. Mais raisonnablement, celui-ci pourrait être ma dose du moment.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Sleigh Bells - Treats 3 juin 2010 13:49, par mmarsupilami

    Oui, mais, bon, Marc, les Pom Pom Girls, tu n’en parles pas ???
    Encore un que je dois écouter...
     :-)

    repondre message

    • Sleigh Bells - Treats 3 juin 2010 13:53, par Marc

      Heu... non, c’est sans doute une grande erreur de ma part...

      Ceci dit, j’imagine que tu aimeras bien cet album !

      repondre message

  • Sleigh Bells - Treats 3 juin 2010 14:32, par Laurent

    Le côté "The Go Team sert de backing band à Ciara pendant que les Crystal Antlers reprennent du stoner au soundcheck" m’a fort attiré à la base, mais je dois bien avouer que sorti de Rill Rill (franchement génial), le reste me paraît difficile à aimer sur la longueur. C’est un a priori (trois ou quatre écoutes) que je ne demande qu’à éradiquer avec le temps ; mais au moins, effectivement ces gens ne participent pas à la seventisation du rock actuel, et c’est déjà ça de pris pour le moment.

    repondre message

  • Sleigh Bells - Treats 3 juin 2010 15:48, par momo

    D’accord avec Laurent, sur la longueur ça sature et on n’a pas trop envie d’y revenir.
    Ma chronique à ce propos : http://fun1959.canalblog.com/archives/2010/05/17/17913692.html

    repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)