Accueil > Critiques > 2011

Devotchka - 100 Lovers

mercredi 16 mars 2011, par marc

Parenthèse enchantée


Quand un groupe vous revient en mémoire, il y a fort à parier que c’est le souvenir de chansons qui vous étreint en premier. On pourrait dérouler la liste, c’est si bon, mais la place manquerait. Et si j’évoque ces petites pépites qui nous sont chères, c’est qu’il y en a indéniablement une sur ce dernier album de Devotchka. Ca s’appelle All The Sands In All The Sea et je dois bien avouer que je l’ai écouté cinq fois le jour où je l’ai découvert. Je mentirais en disant que cette addiction dure encore mais ressentir, même à intervalles espacés, cette sensation d’euphorie et de désespoir en un seul flacon est une des raisons qui me poussent à découvrir encore et encore. Ce morceau, donc, est assez atypique en leur chef, très enlevé, et fait partie de ces morceaux dont on pense avoir touché le paroxysme avant de les voir repartir, encore et encore. Maintenant qu’Arcade Fire a décidé de devenir un groupe important plutôt qu’un groupe culte, il y a de la place pour tous ceux qui veulent reprendre le flambeau de Funeral. Et ils sont nombreux, très nombreux, trop nombreux. Mais le temps de ce morceau, la polémique s’estompe. On ne pense plus, on profite.

Cette pièce centrale est posée en seconde position, et on se dit que l’album gagnerait en cohérence (mais pas en qualité) à son absence. C’est que ce 100 Lovers commence par le majestueux The Alley. Et une fois la parenthèse enchantée refermée, on a l’impression de retourner à un autre album, un album de Devotchka. Ca tombe bien, c’est ce qu’on venait chercher après tout. Et on retrouve tout ce qui fait le sel de leur musique. Cette voix chaude presque à la rupture porte toujours des paroles qui me restent inintelligibles, ce son de basse chaud lui aussi.

Et puis, on reste toujours à l’intersection de plusieurs mondes, avec un dosage très personnel, et un équilibre délicat mais souvent convaincant. A l’instar d’un Beirut ou plutôt à l’inverse, ils pimentent leur rock d’éléments balkaniques, quand la bande de Zach Condon compose des morceaux indie et les interprète avec une fanfare (je caricature un peu évidemment). On pense toujours à Calexico, surtout quand des trompettes un peu mariachi déboulent sur Bad Luck Heels. Ils ont en tout cas le bon goût de garder une facilité pop (Exhaustible), ce qui leur permet un joli spleen pas complaisant (Contrabanda) qui peut mêler fête et de mélancolie (les cordes dramatiques de Sunshine). Moi qui reste froid aux élucubrations d’Emir Kusturica, je préfère cette vision plus orientée vers les chansons. Ils arrivent même à sauver l’espagnolade de Ruthless par un supplément d’âme sur le refrain.

Le monde musical de Devotchka est riche et varié. On retrouve donc tous les ingrédients qui nous les ont déjà rendus sympathiques. Ajoutez à ça un morceau hors nomes hors de leur zone de confort et vous comprendrez mon attachement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Devotchka - 100 Lovers 16 mars 2011 16:37, par mmarsupilami

    C’est marrant, j’écrivais hier que personne n’arrivait à la cheville de A Hawk and a Hacksaw, mais faudrait tout de même que j’écoute les autres, avant de faire le péremptoire !!! Je vais faire !

     ;-DD

    repondre message

    • Devotchka - 100 Lovers 18 mai 2011 06:49, par mmarsupilami

      Deuxième avis (comme quoi je prends le temps !) : ne seraient-ils pas aussi en train de squatter la place laissée libre par Girouettte Stefens ? C’est un très bon album en tout cas, bien plus confidentiel que d’autres mais auquel je donnerai le même genre de notes que toi...

      repondre message

      • Devotchka - 100 Lovers 20 mai 2011 17:07, par Marc

        Un album assez subtil et varié, comme il faut. Il y a ce titre évidemment, mais il y en a aussi beaucoup d’autres. Tiens, ils repasseraient pas en concert des fois ?

        repondre message

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)