Accueil > Musique > 2012 > Yeti Lane - The Echo Show

Yeti Lane - The Echo Show

vendredi 23 mars 2012, par Marc


Il semble qu’il y ait une volonté actuelle de revenir à l’excitation de la découverte de ces sons et de ses structures. C’est la première sensation qui m’est venue à l’écoute du second album du maintenant duo Yeti Lane.

Si vous vous demandez où placer ce cd dans votre imposante collection, vous aurez plus de chance de le retrouver si vous le mettez quelque part entre Film School (le très bon Echo Show y fait penser) ou Engineers d’un côté et M83, Ratatat ou Berg Sans Nipple, avec qui ils partagent le même producteur et la solidité des claviers. Avec ça, vous aurez un chouette portrait de famille, surtout si vous l’élargissez par des médications. En donnant des antidépresseurs à Deerhunter par exemple, ou du speed à Air.

On le voit, c’est un secteur encombré, qui n’a pas complètement percé dans le grand public, mais très vivace par ailleurs. Comme les musiques faciles à cerner (si on ose des étiquettes comme dream-pop kraut electro psychédélique du moins), la tentation est grande de penser que c’est également facile à faire. Ce qui peut faire la différence, c’est l’ampleur, et Analog Wheel en a indéniablement. C’est sans doute le morceau le plus emblématique, où leur palette s’exprime de la façon la plus large. Très old-school dans la façon de placer les sons progressivement, le morceau déroule alors des guitares sont impeccablement balancées, et on sent un bouillonnement krautrock sous-jacent. Le style, ce n’est qu’une trame, l’important c’est ce qu’on en fait. Et le son qui va avec. C’est par définition difficile à définir, mais ils possèdent un son propre, ainsi qu’une approche plus frontalement pop. . Il faut être fameusement décomplexé pour afficher comme ça une propension à la légèreté (Warning Sensations), à la rêverie (Alba et sa voix féminine), sans vouloir absolument coller à son époque par un son un peu sale.

L’énergie sauvée à ne pas être à la mode est consacrée à produire des moments plus forts (Dead Tired), quelques interludes musicaux qui apaisent. C’est une musique qui s’écoute en format album, pour les gens qui font encore ça (des gens comme vous et moi donc). Et ils nous quittent par le délire final de Faded Spectrum avec des pédales wah-wah déchainées.

Dire que tout ceci est d’une originalité folle serait un peu exagéré, et le nombre des références est un bon indicateur. Pourtant le plaisir est bien là, le son, reposant certes sur des bases connues, est personnel et traité intelligemment. Faut-il tenter tous les mélanges ? Celui d’une dream-pop mâtinée de french touch et relevée par un aplomb manifeste n’était visiblement pas encore tenté, et Yeti Lane l’a fait. Merci donc, pour nous avoir sorti de notre torpeur les matins où le café ne suffit pas.

http://www.yetilane.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • grand papa 30 mars 2012 17:22, par roydanvers

    C’est drôle tes références, moi j’ai beaucoup aimé également, mais j’ai tout le temps pensé aux regrettés GRANDADDY... Bonjour chez vous. On se voit à OF MONTREAL par exemple ?

    repondre message

    • grand papa 30 mars 2012 21:38, par Marc

      Disons qu’il y a eu pas mal de groupe dans le genre, mais que je n’associais pas Grandaddy à cette vague-là. Sans doute que l’approche plus ouvertement pop peut y faire penser en effet. Mais je dois avouer que je ne connais pas si bien...

      Je n’ai pas prévu d’aller voir Of Montreal pour le moment, mais qui sait ?

      repondre message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)