Accueil du site > Musique > 2012 > Le coin des découvertes (III) - Luminocolor, Miss My, SRFelix

Le coin des découvertes (III) - Luminocolor, Miss My, SRFelix

samedi 15 décembre 2012, par Marc

Découvertes en mode instrumental


Ca y est, ça sent la fin d’année, les bilans, tout ça... Mais je m’en voudrais de ne pas signaler quelques découvertes récentes. Attendez-vous à quelques paquets de critiques en mode express ces prochains jours. Au menu du jour, donc, trois albums instrumentaux qui méritent le coup d’oreille.

Luminocolor - Résonances

De nos jours, faire de la musique sans paroles, c’est par défaut se cantonner à un public curieux, mais je préfèrerai toujours ceux qui comme ici poursuivent leur voie plutôt que ceux qui jouent contre leurs qualités. Certes, il reste des traces de voix noyées, comme à l’époque récente où les suiveurs d’Animal Collective poussaient comme des champignons après la pluie

Ce qui fonctionne chez le duo français, c’est le côté simple et joyeux, comme si Menomena faisait des instrumentaux, si Dan Deacon changeait de substances. Il n’y a pas la sombre complexité d’un Amon Tobin, Franck Riggio ou autre D-Brane, et pourra même paraitre simplistes aux amateurs de ces artistes. Mais le côté franc et direct de Lamirande Paypayo ou Amerigo (au saxo bien amené), de la ligne mélodique de Guapo, la fête de Tezeta emportent la mise. Mais qu’au-delà de la joie de façade, il y a occasionnellement de l’intensité, ou une mélancolie de fanfare (Haarp’o Loop)

Cet album joyeux et léger finalement, qui pourra paraitre simpliste aux amateurs d’émotions complexes, pourra plaire à ceux qui veulent une petite respiration, une petite giclée d’euphorie.

http://www.luminocolor.org

Miss My - Rêve

Voici une nouvelle occasion de rappeler la qualité et la variété de la scène de Montréal. Miss My est le projet de Myriam Boucher, par ailleurs membre du groupe post-rock Music For Money. Il n’est pas à proprement parler question de ça ici, mais elle a réussi un beau mélange de sensibilité mélodique et d’ambiances plus pesantes.

Pour réussir le premier, elle peut compter sur un talent certain d’instrumentiste qu’on pressent sur Une Danse ou Fail, qui commence comme un morceau de musique classique contemporaine. Mais fort heureusement, ce n’est pas du tout un morceau de piano sur lequel on est venu plaquer une rythmique, mais une pièce complexe, construite et élaborée. Du talent e du discernement, voilà ce qu’il y a ici pour livrer une bien belle découverte.

http://missmy.bandcamp.com/album/r-ve

SRFélix - SRFélix

Dans cette époque sans courant dominant et où l’offre se multiplie, les petits labels ont une belle carte à jouer. Après le renversant Boy And The Echo Choir (qui revient en février) et My Name Is Nobody, découvrons donc SRFelix.

A quel moment un morceau est-il suffisamment équilibré pour ne pas devoir être augmenté ou diminué ? SRFelix semble en tout cas avoir trouvé la réponse, et les six titres sont exemplaires de retenue et de variété. Parce qu’il arrive à secouer le pur drone initial de soubresauts, parce qu’il maitrise aussi bien le piano minimaliste (on pense à Niels Frahm) que la guitare acoustique. C’est donc lent et dépouillé, mais suffisamment évocateur pour rendre le coup d’oreille indispensable.

http://mylittlecabrecords.bandcamp.com/album/srf-lix
http://mylittlecabrecords.tumblr.com
Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0