Accueil > Musique > 2014 > Museum of Love - Museum of Love

Museum of Love - Museum of Love

vendredi 21 novembre 2014, par Marc


Il serait irrespectueux et inexact de résumer le groupe disparu LCD Soundsystem au seul James Murphy. Compagnon de jeu le temps de compilations, le batteur Pat Mahoney y tenait une place non négligeable. Impressionnant de vitesse et de précision sur scène, on a vite compris qu’il aimait ne pas se cantonner à son instrument.

Museum Of Love est donc le groupe de ce batteur, assisté de Dennis McNanny, lui aussi du label DFA. Il rejoint donc les anciens de la baguette passés au micro. On pense à Philippe Selway (Radiohead),Josh Tillman (Fleet Foxes) ou Tyler Ramsey (Band of Horses) dans les exemples plus ou moins récents (on va pas remonter à Phil Collins non plus).

On n’a donc pas eu encore l’occasion d’entendre sa voix. Et si ce n’est logiquement pas le principal atout de ce groupe, ce n’est pas non plus un frein à l’écoute. On pense surtout à David Byrne sur Down South.

Très logiquement, ça sort sur DFA, qui avait quand même laissé sa patte sur ces difficilement définissables naughties. The Who’s Who Of Who Cares aurait pu se retrouver sur une de leurs compilations. Le résultat est donc étonnamment proche de ce qu’on a pu entendre chez LCD Soundsystem et pour être complètement honnête, cet album un peu sorti de nulle part tient la dragée haute au dernier de LCD. Sans doute que les attentes sont moindres, il n’y avait pas de classiques auquel le comparer. On pense tout de même que le rôle de Mahoney ne devait pas être négligeable. Le début de l’album est en tout cas très engageant.

On retrouve d’ailleurs la même propension à étirer les morceaux, pour laisser l’aspect répétitif devenir entêtant. Même le cowbell est de sortie sur In Infancy. Le plus lent Fathers rate un peu son côté hymnesque, notamment parce que le chant n’est pas captivant et parce que le gimmick est un peu trop long. Ce gros son de synthé-là gagnerait compter moins de mesures. Enfin, moi ce que j’en dis…

Logiquement aussi, quand les mélodies ne sont plus simplistes, le chant n’est pas souverain (Fathers). Pourtant, tout tienty la route, même si certains morceaux semblent bien en roue libre et une jam krautrock tourne sur elle-même (The Large Glass). On savait que Can était une source d’inspiration pour ces gens. Cette référence est encore plus clairement assumée ici.

Il y a cependant de bien bonnes choses, solides, longues en bouche et bien charpentées. Le présent de DFA, c’est donc plutôt le batteur Mahonney qui s’en charge.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)