Accueil > Critiques > 2011

Tyler Ramsey - Valley Wind

mercredi 19 octobre 2011, par marc

Valorisons l’artisan


Si vous ne tenez pas de journal intime, il peut être utile d’avoir un site. C’est en tous cas ce qui m’a permis de me rendre compte que j’avais déjà vu Tyler Ramsey en concert, en première partie de Band Of Horses. Vous apprendrez donc sans surprise que Ramsey est membre de ce groupe. Ce procédé est utilisé par d’autres, puisque J Tillman a aussi assuré les tours de chauffe pour Fleet Foxes.

Il faut avouer que depuis l’ampoulé second album, j’avais décroché de la discographie de Band Of Horses parce qu’ils avaient grossi et lissé leur son. On s’est habitués à laisser les groupes suivre leur direction et décrocher sans regret, parce que d’autres arrivent sans cesse. Je n’ai même pas écouté leur troisième album par manque d’envie, et ce projet parallèle suffit à mon bonheur.

Pour ne pas penser à Neil Young, la solution est simple, il suffit de n’avoir jamais entendu les albums non électriques du loner canadien. Ce qui serait une erreur dans l’absolu (il y a des chefs d’œuvres là-dedans) et ne permet pas de voir l’omniprésence de ce vétéran comme influence de la scène actuelle, de la furie électrique de Waters à l’intimisme absolu de Perfume Genius. On n’est cependant pas dans un de ces cas-limite ici, puisque c’est dans un doux mid-tempo que Ramsey évolue. Une fois cet axiome admis (et une fois que l’album est vraiment lancé), on pourra se tourner vers les chansons. Et constater que de ce côté-là, Tyler Ramsey n’est pas mal pourvu du tout, et au fil des écoutes, la personnalité ressort mieux que les références.

On peut alors bien profiter de la simplicité de 1000 Black Birds, ou de l’excellent recueillement mélodique de The Nightbird. Il se risque même à de discrets brouillards de guitare, comme pour la pop délassée des Engineers (All Night). Il reste une légèreté (on pense même au Byrds) qui m’avait assez vite manqué chez Band Of Horses et qui baigne Stay Gone.

La plupart des albums dont on parle ici ne sont pas précédés de réputations, il faut aller les chercher, encore et encore. La gratification est souvent au bout du chemin parce qu’à notre stade d’ingestion d’albums, on se surprend encore à prendre un plaisir simple à l’écoute de ceux qui ont l’ambition d’être bons ou agréables. Tant que ce plaisir sera là, la passion restera. Il y a longtemps que je n’ai plus été bouleversé par un album (le dernier ‘5 étoiles’ a un an et demi…), mais beaucoup m’ont plu. Celui-ci est du nombre, parce qu’il semble conscient que sa modestie est une qualité. Il y aura toujours de la place dans nos cœurs pour les artisans doués.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)