Accueil > Critiques > 2016

Hein Cooper - The Art of Escape

lundi 25 avril 2016, par marc


Le premier album du jeune Australien Hein Cooper confirme la première impression laissée par son prometteur EP de l’an passé, on va entendre parler de lui. Le premier morceau était déjà connu puisqu’il figurait sur son premier EP, tout comme deux autres. C’étaient déjà de bien belles choses, donc la surprise n’est plus vraiment de mise. Par contre, le remix qui semblait ouvrir de nouvelles perspectives et appelait d’autres comparaisons (James Blake, ce genre) n’est plus au rendez-vous, mais on garde en tête que ces morceaux pourraient prendre une autre direction. Ceci dit, l’album y gagne en cohérence. Parce que les 10 morceaux présentés ici montrent une belle constance.

Rusty est présenté en single et est trop faussement anodin pour vraiment donner une idée du plein potentiel du garçon. Il y a pourtant bien de bonnes choses, comme sa belle voix posée qui n’en fait pas trop, qui peut s’aventurer dignement en voix de tête. Les arrangements restent assez acoustiques mais en tendant l’oreille, la sobre production est remarquable d’équilibre. Il faut évidemment signaler que c’est toujours Marcus Paquin (qui a produit ce The National, ce Stars et ce Little Scream) qui est à la manœuvre.

Une de ses forces est d’avoir suffisamment d’intensité pour se contenter de peu mais ajouter subtilement des éléments qui renforcent ces morceaux jamais mièvres. Ce qui lui permet mine de rien de belles prises d’intensité sur Water qui peut se présenter comme une balade. Son style peut donc se décliner en acoustique Curse My Life, utiliser sa voix de tête sur Overflow ou soigner l’impeccable coolitude de Dopamine. Mais ce côté soul n’est pas la seule corde à son arc puisque All My Desires ne déplaira pas aux fans de Conor Oberst. Il en a en tous cas la ténacité lancinante, l’allant que rien ne semble perturber.

On a aussi signalé que les impeccables The Real et The Art of Escape sont au rendez-vous, se présentant comme les plus évidentes cartes de visites. La discrétion efficace de Hein Cooper semble en tous taillée pour le succès tant cet album confirme les bonnes impressions ressenties à l’écoute de l’EP de l’an passé. L’avenir seul nous dira si les foules partagent mon enthousiasme.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)