Accueil > Critiques > 2020

Porcelain Raft - Come Rain

vendredi 29 mai 2020, par marc


Ecouter Porcelain Raft en 2020, c’est ressentir les échos d’une scène, liée non à un lieu mais à un état d’esprit, à une convergence de talents dans nos oreilles à un instant donné. Le plus étonnant, c’est que tous ont maintenu le cap. Low Roar, Perfume Genius ou Youth Lagoon, en sortant tous de leur coquille sans se compromettre, restent tous pertinents. Si Mike Hadreas a étendu son univers au point de jouer dans une autre division, les autres reviennent régulièrement pour notre bonheur renouvelé.

Maintenant revenu à Rome Mauro Remiddi livre son album le plus direct à ce jour. On avait décelé sur Microclimate non une baisse de régime mais une dissolution. Rien de tout ça ici, il faut dire qu’avec 8 titres, les risques de matière grasse sont limités. Mais la variété à l’intérieur de son style est bien là. Et pour jouer ainsi la franchise, il faut des morceaux qui tiennent la rampe et For A While est un bel exemple de maîtrise de son sujet.

Come Rain a des allures de musique de cabaret, voire de comédie musicale, et garde son intensité. Si la voix reste haut perchée, si le son reste vaporeux et subtil, il ne joue jamais sur la fragilité. Et l’album présente un séquencement qui va du plus franc vers le plus éthéré, confinant même au drone sur Oglasa. Les étapes intermédiaires sont un Tall Grass plus rêveur dans le son et qui propose une belle montée ainsi qu’Out of Time où on se surprend à penser à Suede. On le voit, Mauro Remiddi développe sur ce court album une belle palette.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)