Accueil > Critiques > 2021

José González - Valley Local

mercredi 29 septembre 2021, par Marc


Quand on se penche sur un nouvel album de José González, on se demande combien d’épisodes on a manqué depuis le dernier et la réponse est claire : aucun. Il y a donc six ans qu’on n’a plus eu de nouvelles, comme il avait fallu 8 ans pour qu’il nous revienne avec Vestiges and Claws. On ne l’a cependant pas oublié, parce que cet art de l’arpège délicat lui rend la citation inévitable à l’écoute d’artistes comme Will Stratton ou Raoul Vignal.

On retrouve immédiatement ses spécificités par rapport à ces artistes très chers à nos cœurs. Si le Suédois d’origine argentine s’est exprimé en Anglais depuis qu’on le connait, il pratique les deux autres langues sur cet album. L’espagnol ne dénature évidemment pas son style. L’album prend alors des chemins de traverse plus orientaux, évoquant un petit peu les derniers exercices de Piers Faccini et la beauté de Jawhar. Le suédois chanté de Tjomme comme ça sonnant aussi exotique et familier que l’arabe du Tunisien. Autre originalité de cet album, il est rehaussé de chants d’oiseaux enregistrés près de son domicile et ce n’est pas ça qui va en altérer la beauté et l’intimité.

Parce qu’il reste délicat, immédiatement et irrémédiablement beau, son style ne souffre évidemment jamais des modes. A-t-on jamais cessé d’écouter Pink Moon de Nick Drake ? La beauté intemporelle de The Void est là pour le rappeler. Mais si les exemples cités s’étoffent avec des orchestrations plus luxuriantes, José se tourne vers la pulsation, vers du soleil confinant à la world music. Oui, on peut mettre un sacré rythme avec une guitare acoustique et cet Head On est bien entêtant. Et dans un genre différent la pulsation de Valle Local frappe plus fort et juste qu’on ne le soupçonne. On a toujours une place en nos cœurs et nos oreilles pour José González même si bien d’autres viennent nous gratifier de leur guitare.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)