Accueil > Musique > 2022 > Get Well Soon - Amen

Get Well Soon - Amen

mercredi 27 avril 2022, par Marc


Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de Konstantin Gropper et il semble avoir trouvé une forme presque définitive à sa musique.

Si les morceaux prennent plutôt leurs aises, ils n’atteignent jamais les 6 minutes. Non, ce n’est pas de la pop progressive, mais une pop orchestrale et élégante. Les convergences avec Pulp détectées dès le premier album se retrouvent ici plus patentes encore, et la voix grave et un peu distanciée ainsi que son ironie parfois féroce augmentent encore le rapprochement, tout comme l’occasionnelle pulsion krautrock (This Is Your Life) peut rappeler les moments plus enlevés du légendaire groupe de Sheffield.

Ceux qui auront opté pour la copieuse version vinyle augmentée de cet album recevront quelques microsillons supplémentaires dont le single qui sert de générique à l’amusante série How To Sell Drugs Online (Fast) sur Netflix dont Gropper assurait la sélection musicale mais aussi un calendrier dans la plus grande tradition demotivator. De quoi relativiser les aphorismes distillés au long de l’album. On se souviendra du délire ’secte’ qui avait entouré la sortie de The Scarlet Beast of Seven Heads et cette fine différence constante entre le premier et le second degré est une marque de fabrique qui valent quelques rapprochements mérités avec The Divine Comedy, l’amour de la pop classique en autre point commun. C’en est troublant sur Golden Days par exemple.

On s’est habitués à ne plus avoir la mâchoire qui pend pour chaque morceau et à chaque écoute mais il y a tellement de talent ici, une ampleur sans emphase (I Love Humans) qu’on pardonne aisément un petit ventre mou de milieu d’album. La lenteur occasionnelle n’étant en l’occurrence pas un allié (Richard, Jeff And Elon). Il y a quelques claviers qui claquent, faisant de My Home Is My Heart un de leurs morceaux marquants. Et puis tout bénéficie d’un son hénaurme, avec en plus un sens mélodique aiguisé (Our Best Hope) ou quelques belles relances (Mantra).

Plus pop peut-être que ses prédécesseurs immédiats, Amen confirme Konstantin Gropper au firmament des songwritters amples. On ne retrouve presque plus l’émotion qui nous a tant étreint sur le premier album mais c’est un virage pris par la formation teutonne il y a bien longtemps. Sans cet encombrant souvenir, il reste un album impeccable de maitrise.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)

  • Loney dear - A Lantern and a Bell

    Parfois le souvenir d’un morceau est tellement vivace qu’on peut le garder douze ans avec soi. Je me souviens de plusieurs occasions d’écoute de Distant et c’est un morceau que j’écoute encore souvent. La suite ne m’avait franchement pas convaincu et c’est plus par distraction que le précédent album était passé hors de mon radar.
    Faire ce qu’il faisait bien en moins bien n’avait pas réussi, il fallait soit retrouver l’inspiration originelle ou évoluer. Il a visiblement décidé de faire les deux. Parce que (...)