Accueil > Critiques > 2023

Parquet – Sparkles & Mud

vendredi 8 décembre 2023, par marc


Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.

Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà eu droit à l’insigne honneur de nos colonnes le temps du très réussi Ar Ker. Tendue et sombre, la musique de Parquet semble un peu asphyxiante, parfois proche d’un krautrock nerveux mais dont les montées peuvent se faire plus dantesques encore. Math-rock alors ? Peut-être mais on est moins là pour apposer des labels que pour constater la brillance du résultat.

Par exemple sur un Mud bien balancé, avec ces riffs de guitare qui ne peuvent que toucher votre système nerveux central alors que Brute est un appel à la rave pure et dure. Evidemment, il faut que le jeu en vaille la chandelle et c’est le cas, les variations sont suscitées par le procédé même et la densité du son est hallucinante. Les guitares du bien sec Speedrun sonnent comme si The Rapture était pris de fièvre. Dans ceux qui ont pu transcender cette énergie dans un passé récent, il y a nos compatriotes de Monolithe Noir ou La Jungle.

Si le trajet complet est évidemment un peu éreintant (Manaquin), on ne peut que céder face à l’euphorie de la montée de Tahiti qui est ce qui s’approche plus d’un morceau techno pur jus dans sa structure et dans les sons. Cette folie se retrouve aussi exacerbée sur Chordata. Bref, la gageure est réussie parce que l’idée de base sert surtout à rendre ces morceaux plus percutants encore. Si une haute dose d’énergie ne vous fait pas peur, secouez-vous sur le Parquet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Parquet – Sparkles & Mud 9 décembre 2023 17:37, par Laurent

    Pétard ! Je gardais un bon souvenir d’Ar-Ker et de Sébastien Brun, une des découvertes marquantes de ce site... mais si je m’attendais à en prendre plein les dents comme ça ! Merci, ça décoiffe bien. T’en as encore beaucoup en stock des comme ça ?

    repondre message

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • Sébastien Guérive - Obscure Clarity

    On avait déjà croisé le chemin de Sébastien Guérive, apprécié cette sculpture sur son qui dégage une majesté certaine mais sans grandiloquence. Cet album ne fait que confirmer et appuyer cette impression.
    C’est le mélange d’organique et d’électronique qui est la plus grande réussite, ce qui permet à la fois de ménager l’émotion et de garantir une pulsation basse, cardiaque qui n’est pas un ajout de beats a (...)