Accueil > Critiques > 2023

Parquet – Sparkles & Mud

vendredi 8 décembre 2023, par marc


Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.

Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà eu droit à l’insigne honneur de nos colonnes le temps du très réussi Ar Ker. Tendue et sombre, la musique de Parquet semble un peu asphyxiante, parfois proche d’un krautrock nerveux mais dont les montées peuvent se faire plus dantesques encore. Math-rock alors ? Peut-être mais on est moins là pour apposer des labels que pour constater la brillance du résultat.

Par exemple sur un Mud bien balancé, avec ces riffs de guitare qui ne peuvent que toucher votre système nerveux central alors que Brute est un appel à la rave pure et dure. Evidemment, il faut que le jeu en vaille la chandelle et c’est le cas, les variations sont suscitées par le procédé même et la densité du son est hallucinante. Les guitares du bien sec Speedrun sonnent comme si The Rapture était pris de fièvre. Dans ceux qui ont pu transcender cette énergie dans un passé récent, il y a nos compatriotes de Monolithe Noir ou La Jungle.

Si le trajet complet est évidemment un peu éreintant (Manaquin), on ne peut que céder face à l’euphorie de la montée de Tahiti qui est ce qui s’approche plus d’un morceau techno pur jus dans sa structure et dans les sons. Cette folie se retrouve aussi exacerbée sur Chordata. Bref, la gageure est réussie parce que l’idée de base sert surtout à rendre ces morceaux plus percutants encore. Si une haute dose d’énergie ne vous fait pas peur, secouez-vous sur le Parquet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Parquet – Sparkles & Mud 9 décembre 2023 17:37, par Laurent

    Pétard ! Je gardais un bon souvenir d’Ar-Ker et de Sébastien Brun, une des découvertes marquantes de ce site... mais si je m’attendais à en prendre plein les dents comme ça ! Merci, ça décoiffe bien. T’en as encore beaucoup en stock des comme ça ?

    repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)