Accueil > Critiques > 2023

Harp - Albion

vendredi 15 décembre 2023, par marc


Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.

Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa route alors que Brent Knopf allait fonder le projet finalement proche Ramona Falls. On constate donc que Smith devait contribuer aux compositions du groupe, on en retrouve la patte bien plus que chez, disons EB The Younger, projet solo d’Eric Pulido qui lui a succédé au chant. Notons aussi que cette sortie se fait sur Bella Union, le même label.

D’une manière un peu anecdotique, on note de temps en temps un petit côté Radiohead sur Shining Spires, magnifique morceau aérien d’ailleurs. De façon plus globale, il revendique une grosse influence de l’album Faith de The Cure (le genre de truc qui touche au sublime). Et si on n’aurait pas tout de suite fait un rapprochement aussi spécifique, il est patent quand on écoute ce disque. C’est manifeste dans le choix des sons qui collent à cette nouvelle inspiration sur Throne of Amber. Même si ce qui frappe surtout c’est que c’est ce genre de morceau qui nous a fait adorer Midlake. Le très beau Seven Long Suns était destiné à l’origine au quatrième album de Midlake qui a été complétement refait suite au départ de Smith.

Silver Wings semble ainsi un morceau issu d’e The Courage of Others avec un son des années ’80, avec des sons de guitare gorgés de chorus plutôt que d’amplification, voire de delay aussi sur Country Cathedral Drive. Bref, le son de cet album trouve une voie presque opposée à celle de Midlake qui lui a viré vers un américana psychédélique du meilleur effet, avec une ampleur irrésistible comme marque de fabrique. Mais si on a tout de suite fondu pour cet album, c’est pour la beauté limpide de morceaux comme Daughters of Albion.

Album presque complémentaire de For The Sake of The Bethel Woods, on ne sait trop si on doit se réjouir d’avoir droit à deux discographies parallèles d’intérêt ou se demander ce que cette conjonction pourrait produire comme résultat. Comme ce n’est pas à l’état du jour, on se contentera de dire que cet album vaut le déplacement pour ses qualités propres, pour la personnalité de ces morceaux et de leur interprétation. On tient sans doute là un des derniers grands albums de 2023

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Harp - Albion 15 décembre 2023 13:42, par Laurent

    C’est fou, je n’y avais pas pensé mais tu as raison : on peut raisonnablement se demander comment ces deux très bons albums sortis à un an d’intervalle auraient pu fusionner à la Gogeta pour nous donner droit au chef-d’œuvre absolu. Personnellement je conserve pour l’instant ma préférence au dernier Midlake, même si ce disque de Harp ne manque évidemment pas d’arguments... et de superbes chansons (j’ai encore du mal à élire ma préférée ^^).

    repondre message

    • Harp - Albion 18 décembre 2023 08:48, par marc

      C’est vrai que ce sont deux albums superbes qui se distinguent plus par l’enrobage. Pour le morceau préféré, c’est pour la compile d’après celle qui arrive, donc il y a un peu de temps !

      repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)