Accueil > Critiques > 2008

Cat Power - Jukebox

mercredi 13 février 2008, par Paulo

La danse du chat


C’est en tentant d’écrire cet article que je me rend compte de la difficulté de parler de Cat Power et du présent album, que je comprends pourquoi Marc y a renoncé. Car de Cat Power se libère un sentiment incertain, un sentiment particulier pour cet album, d’accroche forte et de répulsion qui au final tend peut-être vers le piège de l’indifférence. Ce sentiment ne date pas d’hier, déjà il y a quelques années lorsque j’avais entendu parler de Chan Marschall, j’avais tenté d’écouter mais sans doute, alors plus accro à l’électronique, je n’étais pas prêt pour ses compositions minimalistes de guitare-voix. Il faut ajouter que c’était avant le revival folk (2005-2006) et qu’elle ne bénéficiait alors pas de cette lumière.

Aujourd’hui Cat Power revient avec Jukebox, un album de reprises essentiellement. D’abord aperçu en live sur mon poste de télévision polychrome (->c’est même ici http://www.youtube.com/watch?v=DWkFWrsp6as), je n’ai pas pu m’en décoler, la demoiselle a un attitude attrayante, charmante, elle chante New York, titre popularisé par Minelli ou Sinatra, une timbre de voix très chaud, parfois poussé à l’exagération. Elle est accompagnée de bons musiciens, de bons instruments, la configuration a tout pour plaire.

D’emblée, en écoutant l’album, on prend conscience que l’image précédente manque à l’album, ce qui fait dire que Cat Power est faite pour le live. Il y a comme un potentiel insuffisamment exploité dans sa voix, on touche quelque chose sur New York, mais on en voudrait un petit peu plus dans son abnégation artistique pour pouvoir accrocher plus aisément.

Jukebox est donc composé de reprises de grands noms parmi les Billie Hollyday, Bob Dylan, Janis Joplin, Joni Mitchell, James Brown mais également Chan Marschall elle-même comme la reprise de Metal Heart de 1998 qui n’a rien à envier aux autres. Une seule piste originale à cet album, c’est "Song to Bobby", que l’on attribuerait bien à l’une des influences citées précédemment mais qui est pourtant bien signé par Chan Marschall.

On devra fouiller et chercher le détail qui fait la différence pour apprécier, comme cette mélodie minimaliste de piano sur la reprise de Billie Hollyday "Don’t Explain".

A moins d’être un fan absolu, il faut forcer l’écoute pour apprécier pleinement cet album. Cependant pour les adeptes de cette culture blues, il peut aussi être intéressant, il serait en effet sympa de rechercher et de comparer les versions originales. Cet album a le mérite de les présenter sous un aspect similaire, d’unifier ces diverses compositions.

J’ai l’impression d’être négatif au sujet de cet album alors que justement je ne suis pas mécontent de m’y être intéressé. Je crois finalement que c’est un album qui peut s’écouter sur la durée, un classique indémodable (à part Aretha, Sing One for Me qui parait déjà dépassé), et que Chan Marschall est une de ces artistes qui, au contraire des étoiles fillantes, brillera pour l’ensemble de sa carrière. L’avenir nous le montrera. Car le phénomène Cat Power n’est pas née d’hier, Jukebox est en effet son 8ème album, il est bon, il n’est pas aussi exaltant que les The DO ou Brisa Roché du moment mais Chan Marschall brille par sa constance, sa présence et ses influences.

http://www.myspace.com/catpower

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que (...)

  • Theophilus London - This Charming Mixtape

    Si c’est offert, je me sers...
    Le statut de ce Theophilus London est un peu difficile à comprendre au regard de cette Charming Mixtape sortie en ce début 2009. Rapporté comme étant un jeune Mos Def, il semblerait ainsi que ce soit un MC, un vocaliste jammant dans les clubs de Brooklyn, sur des beats composés ou mixés par MachineDrum.
    Et pour ceux qui s’intéresse au style, aux découvertes, aux (...)

  • Frank Riggio - Anamorphose

    The Tobin Replica
    Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.
    Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette (...)

  • Susanna And The Magical Orchestra : Melody Montain

    Des reprises pour déshabiller les morceaux
    Qu’est-ce qui se passe, les filles ? Qu’est-ce qui vous déprime comme ça ? Répondez-moi Jana (Hunter), Marissa (Nadler), Sibylle (Baier) ou El Perro del Mar. Ca m’intéresse.
    En quoi cela concerne-t-il Susanna et son orchestre magique ? Tout simplement, ces reprises sont empreintes d’une telle mélancolie tenace qu’on ne peut que l’associer à la pléthore de (...)