Accueil > Critiques > 2008

Atlas Sound - Let The Blind Lead Those Who Can See But Cannot Feel

mercredi 12 mars 2008, par marc

Un bon bain chaud pour les oreilles


Petite introduction : Pour vous faire une idée, Atlas Sound est un projet solo artisanal de Bradford Cox et est à Deerhunter ce que l’album solo de Thom Yorke était à Radiohead. C’est valable non seulement comme analogie pour la démarche mais pour dans le résultat. En effet, on peut se rendre compte que la coloration générale est la même, mais que le résultat est différent de la mise en œuvre par le groupe entier. Si on retire à Deerhunter la froideur robotique, l’influence du shoegazing et de Joy Division on obtient un objet curieux, ambient presque. C’est du pur projet parallèle, ni ambitieux ni prétentieux, mais totalement libre. On retrouve aussi un déficit en puissance par rapport au style de base de Deerhunter, mais le but n’était pas là sans doute.

En gros, on navigue entre deux tendances : une purement ambient et une dream-pop éthérée avec un continuum de l’un vers l’autre. On a d’un côté des titres comme On Guard, comme des versions sans les percussions délirantes d’Animal collective (Ready Set Glow commence d’ailleurs comme Fireworks) ou Panda Bear. C’est donc fatalement moins renversant. La pulsation existe pourtant bien (Winter Vacation), mais elle n’est pas le point central. De l’autre côté du spectre on s’approche d’une chanson (ativan ou Recent bedroom) et c’est plutôt réussi. Et la densité s’installe (quarantined) en restant à la lisière du gloubiboulga.

De même, les guitares sont toujours présentes, mais tellement maquillées qu’elles en sont parfois méconnaissables. Dans des morceaux comme Winter Vacation, les voix sont traitées comme des instruments, comme des composantes du son. De même, on soupçonne que les sons d’After Class sont sortis originellement d’une guitare. Encore qu’avec les moyens techniques actuels, la certitude en la matière est difficile à établir. Bien évidemment, ça nuit un peu à l’intelligibilité du propos mais ce n’est pas là le plus important.

Donc n’attendez pas d’hymnes, de refrains enflammés et passionnés ni même de montées en puissance, c’est la recherche sur la texture sonore qui est privilégiée ici. Et, si le résultat est ouaté à souhait, doux comme un bain chaud. C’est parfois un défi à l’attention et les morceaux se succèdent sans toujours se distinguer mais le tout a le mérite de la cohérence.

Les moments perdus d’artistes de talents ne le sont jamais vraiment. Dans la foulée du vénéneux album de Deerhunter, Bradford Cox nous livre ici une autre face de sa personnalité, proposant un voyage dans un monde-cocon.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)