Accueil > Critiques > 2010

Our Broken Garden - Golden Sea

lundi 18 octobre 2010, par marc

A transformer


Derrière la pléthorique Suède, la Norvège ou le Danemark cachent bien des talents et des groupes qu’on aime. Cette Scandinavie nous veut décidément du bien comme en témoigne cet album du projet de la Danoise Anna Bronsted, occasionnelle claviériste d’Efterklang. Il n’y a pas qu’en musique électronique qu’un label est une quasi-garantie. Quand on voit qu’un groupe est sur Secretly Canadian (mon nom préféré), Sub Pop ou Bella Union (une petite liste wiki ne peut pas faire de tort) comme ici, l’attention est captée et souvent gratifiée.

De ce groupe je ne connaissais que le très joli EP Lost Sailor. Je l’avais écouté avec un plaisir certain et il était assez effacé, de ces musiques qui s’excusent presque d’être là. On s’attend donc à une suite de balades au piano. Elles sont au rendez-vous, certes, mais elles ne sont pas venues seules. Cette prise d’assurance est bienvenue mais pas toujours comme on le verra.

Il faut attendre le troisième morceau Garden Grow pour que le ton monte imperceptiblement. Cette tendance se confirme encore avec le très bon Fiery and Loud, sans doute le meilleur morceau présent, qui tire d’un violon une intensité plus grande. Elle apparaît autrement comme une Feist en version légère (The Burial), ou comme Bat For Lashes. Amusant de constater que j’ai pensé la même chose récemment d’Harrys Gym qui ont une autre puissance.

Mais il y a un flottement perceptible, d’autant plus frustrant qu’on devine que le potentiel n’est pas pleinement exploité. Seven Wild Horses se contente donc d’être léger et éthéré alors qu’il y avait pas mal de raisons d’espérer mieux. Share est aussi assez éloigné du principe voix-clavier mais n’est pas convaincant du tout, du fait d’une rythmique trop passe-partout. On aurait pensé que quinze ans de recul auraient aidé à ne plus donner dans le trip-hop mou du genou.

La voix d’Anna Bronsted n’est pas de celles qui hantent. Pourtant, servie sur un copieux lit d’écho, elle colle parfaitement à la musique, et on pense même à Marrissa Nadler sur Warriors Of Love, ce qui est un point de comparaison positif pour moi. Elle aurait quand même besoin d’un peu de support pour faire vivre The Darkred Roses.

Comme nous sommes très positifs au fond, on va dire que cet album suscite pas mal d’espoirs pas encore transformés. En s’éloignant de la facilité qui aurait donné une version longue du fort bon Lost Sailor, il prend des risques qui ne sont pas toujours assumés. Mais quand ça réussit, on se dit que nos oreilles ont potentiellement de beaux jours devant elles.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)