Accueil > Critiques > 2011

Sóley - We Sink

vendredi 16 décembre 2011, par Laurent

Vous sombrerez


Vous aimez Emilana Torrini ? Check. Tant dans ses moments de folk lumineux (Smashed Birds) qu’au cœur de froides et noires catacombes vibrant de mille échos (Bad Dream), Sóley emprunte à la voix de sa compatriote cette faculté à trouver, sans carte ni étoile, le chemin des cœurs fendus.

Vous aimez Agnes Obel ? Check. Ici aussi le piano n’est qu’un prétexte, une série de touches qu’il suffit de presser dans le bon ordre pour se voir pousser une paire d’ailes (Pretty Face) ou découvrir le secret des amphibiens, et continuer à respirer sous l’eau même après que notre souffle s’est tu (I’ll Drown).

Vous aimez CocoRosie ? Check. Comme les sœurs Casady, Sóley cultive un goût singulier pour l’univers de l’enfance et ses batailles pour du beurre (Fight Them Soft) ; mais cachée derrière les moustaches de chat qu’elle s’est peintes sur le visage, elle n’enfourche les carrousels que dans le noir (About Your Funeral).

Vous aimez Soap & Skin ? Check. Dans son cabaret autrichien, la jeune chanteuse morbide s’est trouvé une grande frangine capable d’atteindre les mêmes abîmes de spleen malsain, histoire d’achever ses derniers reliquats de candeur, gommer la moindre esquisse de sourire (Kill The Clown). Même pas drôle.

Vous aimez Markéta Irglová ? Tchèque. Mais si ses ballades épurées font beaucoup penser à ses camarades de l’est, Sóley Stefánsdóttir est bel et bien islandaise. Membre des discrets Seabear et acolyte du pétulant Sin Fang, elle condense le grand froid de sa terre natale sur ce premier album minimaliste, à la fois espiègle et vénéneux.

Vous les aimez toutes et vous aimerez Sóley. Même si vous connaissez cette musique par cœur, même si vous savez que ces accords jouent un peu trop facilement avec vos propres élans d’élégie, vous sombrerez.

Peut-être aussi parce que, dehors, un ciel lourd s’épanche en pluie glacée. Parce que les gouttes qui roulent sur votre fenêtre ressemblent aux larmes d’une chanteuse triste. Et parce que c’est beau, tout bêtement. Si beau que vous suivrez ces mélodies jusqu’au fond de l’océan s’il le faut. Oui, vous sombrerez. Nous sombrons tous.


Répondre à cet article

7 Messages

  • Sóley - We Sink 16 décembre 2011 15:35, par Pol

    Mince alors. J’aime les quatre premiers (je ne connais pas la cinquième), j’aime même beaucoup pour ce qui est d’Agnes Obel ou Soap&Skin, mais j’ai eu beau insister sur ce We Sink, je n’arrête pas de m’ennuyer.

    Voir en ligne : http://loreille-casee.fr

    repondre message

    • Sóley - We Sink 16 décembre 2011 15:36, par Pol

      Pardon pour le lien, j’ai cru que c’était un renseignement signalétique, et non pas qu’il apparaitrait dans mon message.

      repondre message

      • Sóley - We Sink 16 décembre 2011 22:23, par Mmarsupilami

        Encore une chanteuse !

        Bon le download est en cours.

        Je suis aussi en cours de découverte d’une Suissesse qui pourrait te titiller. A suivre...

        repondre message

  • Sóley - We Sink 17 décembre 2011 08:37, par Laurent

    @ Pol
    Merci pour le lien ! Je suis en train de découvrir des choses fort intéressantes chez toi. Sinon, cet album de Sóley tourne chez moi depuis deux petits mois maintenant (encore un de ces disques que je me dis qu’il faut chroniquer avant la fin de l’année sans savoir quoi en dire)... et ça m’a pris tout ce temps pour enfin l’apprécier. Car au départ, et sur base des mêmes arguments (à savoir qu’en fin de compte tout ça sonne très déjà-entendu), je n’avais pas l’intention de l’encenser. Je m’ennuyais aussi, à mi-parcours pour ma part. Et puis voilà, ma relation à ce disque a mûri et j’en suis devenu très épris. Donc qui sait, peut-être qu’avec un peu de temps...

    @ Mmarsupilami
    Les Suissesses, en dehors de Sophie Hunger et de la formidable Olivia Pedroli, je n’en connais pas et je ne demande qu’à les connaître mieux. Fais péter !

    repondre message

    • Sóley - We Sink 17 décembre 2011 12:02, par Marc

      En voilà un album quj fait envie. Etrangement, la vague des chanteuses fait place à une déferlante de chanteurs dépressifs comme on les aime.

      repondre message

    • Sóley - We Sink 17 décembre 2011 13:58, par Mmarsupilami

      Eh, eh, juste, il y a ces deux noms-là. Mais c’est encore une autre, dont je dois la découverte à un autre blog belge, With Music in My Mind...

      J’en parle la semaine prochaine !

      repondre message

      • Sóley - We Sink 21 janvier 2012 23:06, par Mmarsupilami

        Finalement, mon appréciation est très mitigée : ça se laisse écouter, mais sans enthousiasme aucun...

        Voir en ligne : Blog

        repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)