Accueil > Musique > 2012 > Kiss The Anus Of A Black Cat - Weltuntergangsstimmung

Kiss The Anus Of A Black Cat - Weltuntergangsstimmung

mercredi 4 avril 2012, par Marc

Différenciation par les synthés


L’arrivée dans une médiathèque peut plonger dans la perplexité. L’abondance des titres présentés dans un ordre alphabétique, et puis une mémoire qui semble subitement vide, intimidée par les disques à perte de vue, peuvent créer un phénomène de repli, où on pioche au hasard des pochettes ou des vagues souvenirs de lectures récentes. C’est sur cette base bien ténue que j’avais un jour emprunté le premier album de 16 Horsepower. Je vous parle évidemment d’un temps où les moins de quinze ans n’étaient même pas nés.

Je m’attendais à entendre de la musique gothique, et j’ai entendu, ben, du 16 Horsepower, la transe mystique de David Eugene Edwards, la tension qui confine à la douleur. Une fois la surprise passé, j’ai adoré. Tout ça pour dire que ce que j’aurais pu entendre à l’époque, c’est ce Weltuntergangsstimmung (tant qu’à avoir un nom de groupe crétin, autant avoir un nom d’album imprononçable). Parce que n’étant pas familier de l’œuvre de Stef Heeren, j’ai tout de suite pensé à une version synthétique de Woven Hand (groupe d’Edwards depuis la disparition de 16 HP, vous suivez ?).

La voix, les intonations, la façon de trousser une mélodie, tout ressemble d’une manière troublante au sud des Etats-Unis. Mais il y a des synthés, des guitares pleines de chorus et de reverb’ (Let Things Drift). La voix n’est pas sépulcrale cependant, et est forcément expressive, ce qui nous éloigne un petit peu des canons batcave. Mais le résultat sonne comme déjà entendu. Chez d’antiques Chameleons par exemple, ou des Cure hors d’âge (The Shadows Are You) plus que le revival-décalque à la Zola Jesus.

Il semblerait, et la critique de l’album précédent semble le confirmer, que c’est un changement de cap pour le groupe, Stef ayant découvert un amour immodéré pour les possibilités d’un Roland Juno 6 (moi non plus je n’y connais rien en matériel) et décidé de s’y consacrer. Il y a donc un passé de musique profonde avant de changer les outils, ce qui explique sans doute la sobriété et la réussite de certains morceaux (The Shadows Are You), plus imprégnés de l’intensité de Current 93 (figure tutélaire évidente) que du flashy eighties.

‘Tu vas voir, vous allez bien vous entendre’. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais ce genre de phrase me fait rarement envie. J’ai rarement eu de mauvaises surprises pourtant, et cette découverte m’a semblé assez naturelle. Le cheminement de KTAOBC (c’est moins portnawak comme ça) est intéressant, et sa relecture d’une musique cold de 25 ans l’éloigne un peu d’une ressemblance trop marquée avec David E Edwards. Ce serait bête aussi de laisser passer une occasion de rendre encore hommage au label louvaniste Zeal Records (Marble Sounds Sunday Bell Ringers, Sleeping Dog, Toman et Isbells).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus Wainwright... Alors qu’on la plaçait dans un revival, il serait peut-être plus pertinent de l’associer à quelques (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)