Accueil > Musique > 2012 > Kiss The Anus Of A Black Cat - Weltuntergangsstimmung

Kiss The Anus Of A Black Cat - Weltuntergangsstimmung

mercredi 4 avril 2012, par Marc

Différenciation par les synthés


L’arrivée dans une médiathèque peut plonger dans la perplexité. L’abondance des titres présentés dans un ordre alphabétique, et puis une mémoire qui semble subitement vide, intimidée par les disques à perte de vue, peuvent créer un phénomène de repli, où on pioche au hasard des pochettes ou des vagues souvenirs de lectures récentes. C’est sur cette base bien ténue que j’avais un jour emprunté le premier album de 16 Horsepower. Je vous parle évidemment d’un temps où les moins de quinze ans n’étaient même pas nés.

Je m’attendais à entendre de la musique gothique, et j’ai entendu, ben, du 16 Horsepower, la transe mystique de David Eugene Edwards, la tension qui confine à la douleur. Une fois la surprise passé, j’ai adoré. Tout ça pour dire que ce que j’aurais pu entendre à l’époque, c’est ce Weltuntergangsstimmung (tant qu’à avoir un nom de groupe crétin, autant avoir un nom d’album imprononçable). Parce que n’étant pas familier de l’œuvre de Stef Heeren, j’ai tout de suite pensé à une version synthétique de Woven Hand (groupe d’Edwards depuis la disparition de 16 HP, vous suivez ?).

La voix, les intonations, la façon de trousser une mélodie, tout ressemble d’une manière troublante au sud des Etats-Unis. Mais il y a des synthés, des guitares pleines de chorus et de reverb’ (Let Things Drift). La voix n’est pas sépulcrale cependant, et est forcément expressive, ce qui nous éloigne un petit peu des canons batcave. Mais le résultat sonne comme déjà entendu. Chez d’antiques Chameleons par exemple, ou des Cure hors d’âge (The Shadows Are You) plus que le revival-décalque à la Zola Jesus.

Il semblerait, et la critique de l’album précédent semble le confirmer, que c’est un changement de cap pour le groupe, Stef ayant découvert un amour immodéré pour les possibilités d’un Roland Juno 6 (moi non plus je n’y connais rien en matériel) et décidé de s’y consacrer. Il y a donc un passé de musique profonde avant de changer les outils, ce qui explique sans doute la sobriété et la réussite de certains morceaux (The Shadows Are You), plus imprégnés de l’intensité de Current 93 (figure tutélaire évidente) que du flashy eighties.

‘Tu vas voir, vous allez bien vous entendre’. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais ce genre de phrase me fait rarement envie. J’ai rarement eu de mauvaises surprises pourtant, et cette découverte m’a semblé assez naturelle. Le cheminement de KTAOBC (c’est moins portnawak comme ça) est intéressant, et sa relecture d’une musique cold de 25 ans l’éloigne un peu d’une ressemblance trop marquée avec David E Edwards. Ce serait bête aussi de laisser passer une occasion de rendre encore hommage au label louvaniste Zeal Records (Marble Sounds Sunday Bell Ringers, Sleeping Dog, Toman et Isbells).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)

  • Deer - There’s No Future

    Comme vous êtes des fidèles d’entre les fidèles, vous vous souvenez qu’on vous a déjà parlé de ce duo mexicain installé à Hong-Kong. Lequel avait d’ailleurs eu un prolongement sous forme de remixes. On aime prendre la mesure de l’évolution des artistes et elle est patente ici. On n’attendait pas monts et merveilles de leur premier essai long et la surprise a été plutôt bonne.
    There’s No Future se veut plus apocalyptique que son titre punk le laisserait supposer. Cela dit, ça claque, la voix est bien (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)