Accueil > Critiques > 2014

Cecilia::Eyes - Dissapearance

mercredi 18 juin 2014, par marc


La plaisanterie est connue mais toujours plaisante. On peut distinguer un groupe de post-rock à l’énergie qu’il met à nier l’étiquette. Et dans le cas de Cecilia::Eyes, les références évidentes pour leurs premières sorties ne sont plus vraiment de mise puisqu’on a compris dès l’album précédentHere Dead We Lie qu’ils avaient décidé de tracer leur voie seuls. Avec un peu de recul, l’évolution depuis leurs tout débuts est très logique et manifeste. Leur concert récent annonçait en tous cas clairement la couleur.

Le premier morceau prend son temps parce que cet album se destine aux connaisseurs, à ceux qui savent prendre leur temps, qui aiment savourer de temps à autres. Certes, il y a bien des morceaux qu’on peut appréhender hors du cadre de l’album (on y reviendra) mais le séquencement même de ce Dissapearance est très pertinent. Puisqu’après une longue mise en bouche, on est prêts pour la lente et galopante montée de Lord Howe Rise. C’est sur ce modèle que les morceaux sont construits, sur une sourde progression plutôt qu’un déferlement d’adrénaline ou de brusques accélérations.

Le tempo est lent et les guitares s’érigent en murs sur Loreta et c’est dense et bon. C’est là qu’ils donnent leur meilleur, qu’ils arrivent à faire vibrer. J’ai toujours besoin d’un morceau préféré pour entrer dans un album, et le voici. Il m’a aussi évoqué un de mes meilleurs souvenirs post-rock, à savoir les concerts renversants de Joy Wants Eternity à Seattle.

Swallow the Key commence presque comme un Underworld et on appréciera beaucoup la tenion lente qui s’installe sur ce morceau. Default Descent est ainsi complétement orienté vers une montée qu’on soupçonne mais qui ne viendra pas sous la forme qu’on attendait. Du coup, on est plus proche du climax du Careful With That Axe Eugene (le cri en moins, certes…), référence floydienne que je ne dégaine pas souvent.

C’est sur Isolated Shower qu’on ressent le plus l’envie de coller des arpèges. C’est le morceau le plus mélancolique du coup, intense et plus proche de ce qu’ils ont fait dans le passé.

Cecilia::Eyes fait le pari d’une musique encore plus abstraite, misant sur ses qualités de texture pour que les étiquettes de ressemblances qu’on essayait de faire adhérer de force ne collent plus du tout. C’est aussi un album qui prend son temps pour se révéler. Peu spectaculaire au premier abord, il attend son moment, se tapit dans l’ombre et saura cueillir ceux qui savent attendre. C’est une expérience, une collaboration entre un groupe et son auditorat que propose ce Dissapearance. Sachez-le et appréciez en conséquence. En psychanalyse, tuer le père de façon symbolique peut être vu comme un désir de passer à l’âge adulte. C’est en s’affranchissant que le groupe s’est émancipé.

http://ceciliaeyes.bandcamp.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)