Accueil > Critiques > 2018

Tango With Lions - The Light

mercredi 21 février 2018, par marc


Si vous venez ici de temps en temps, vous vous êtes peut-être rendus compte qu’on a déjà traité de plusieurs artistes grecs. De la synth-pop de Mechanimal ou Sundayman au sombre rock d’Illegal Operation en passant par le psychédélisme de Baby Guru en passant par le soleil de The Man From Managra, on avait déjà balayé un fameux spectre qui s’élargit encore avec ce Tango With Lions.

A part une origine finalement si peu inhabituelle, on reste en terrain connu. S’il est plus compliqué de définir la spécificité de Tango With Lions dans une gamme qui va d’Agnes Obel à Lia Ices en passant par Nadine Khouri, force est de constater qu’on a tout de suite été chez nous. Pour fixer les idées, le timbre le plus proche de celui de la chanteuse Katerina serait celui d’Emily Haines (Metric).

Sombre mais pas trop, toujours accessible, cet album fait montre d’une belle versatilité. On apprécie particulièrement Proof of Desire parce qu’il part du sol, d’une certaine nudité acoustique avant de prendre son envol. Ils trouvent aussi le ton juste sur Phoenicia. Cette musique ne réclame pas l’émotion en suppliant, c’est pour ça que cet album reste discret et gratifiant. Avec des morceaux très simples mais fonctionnent parce qu’ils sont gentiment hantés (The Go Betweens) ou plus pop et enlevés (Last Thrill). Notons aussi un emploi de la langue française sur L’Ombre et l’impression d’entendre une version plus langoureuse de Marie Modiano sur The Light. Parfois on confine à la country (Restless Man) et c’est encore impeccable même si moins renversant que le reste. On ne leur en veut même pas de briser le moratoire sur les chants d’enfant en fin de morceau sur The Light.

Tout est question de connivence. Si l’univers des nombreuses chanteuses mentionnées ici vous plait, aucune mauvaise surprise n’est à craindre avec cet album grec immédiatement familier.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)